Qui sommes nous ?

Statut et organisation

Historique

Créé en 1953, l'institut a dès son origine été pensé comme un acteur de référence pour les associations de jeunesse et d'éducation populaire. Jusqu'à 2009, l'identité de l'INJEP a fortement été associée à un lieu - le site du Val Flory à Marly-le-Roi (Yvelines) - où l'établissement avait une activité d'accueil et d'hébergement pour les besoins de réunions et de formation des acteurs de la jeunesse et de la vie associative en général.

 

En 2010, la révision générale des politiques publiques a conduit à une réorganisation interne avec l'abandon, notamment, de la fonction d'accueil résidentiel et le déménagement du siège de l'INJEP à Paris. Les missions et l'organisation de l'INJEP ont été redéfinies par le décret n°2010-98 du 26 janvier 2010, faisant de l'établissement un centre d'expertise et un laboratoire d'idées au service des acteurs de la jeunesse. Ses orientations stratégiques ont été précisées dans un projet d'établissement puis déclinées dans les contrats d'objectifs et de performance signés avec le ministère chargé de la jeunesse. Un conseil scientifique proposait des orientations en matière de recherche et formulait des recommandations sur les champs d’étude. L’INJEP était en outre désigné comme agence nationale de mise en œuvre du programme européen Erasmus+ jeunesse et sports et partie prenante du groupement d’intérêt public constituant l’Agence du service civique.

 

Par décret en date du 24 décembre 2015, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) est transformé en service à compétence nationale (SCN). Le texte précise les missions et l’organisation de ce nouveau service désormais rattaché au directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, également délégué interministériel à la jeunesse (DIJ). Chargé, entre autres, "d'observer et d'analyser la situation des jeunes et les politiques qui leur sont destinées à tous les niveaux territoriaux, du niveau local au niveau européen", ce nouveau service :

- élabore "des analyses à travers la conduite de recherches, d'études et d'évaluations, et produit des données statistiques en lien avec le service statistique public, dans les domaines de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative ainsi que du sport" ;
- étudie "les évolutions du système d'acteurs de l'éducation populaire et de leurs démarches" ;
- réalise "ou contribue à la réalisation, à la demande du Premier ministre, de travaux d'études ou d'évaluation liés à la politique interministérielle de jeunesse" ;
- effectue, "à la demande du ministre chargé de la jeunesse, seul ou en partenariat avec toute personne morale de droit public ou de droit privé, des activités spécifiques d'observation ou d'expertise d'actions publiques en faveur des jeunes" ;
- "assure l'animation du fonds d'expérimentation pour la jeunesse".

Selon les termes du même décret, l’INJEP "constitue également un pôle de ressources et d'expertise pour les acteurs de jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative, pour les assemblées parlementaires et les instances de représentation de la société civile".

L’institut comprend désormais cinq missions :

- une mission chargée des études, de l'observation et des statistiques ;
- une mission chargée de l'observation et de l'évaluation ;
- une mission chargée de la valorisation et de la diffusion ;
- une mission chargée de la documentation et de la gestion d'un centre de ressources ;
- une mission chargée de l'animation du fonds d'expérimentation pour la jeunesse.

La transformation du statut de l’INJEP a pris effet le 1er janvier 2016. Elle s’accompagne par ailleurs d’une modification de l’organisation de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA), dont les conditions sont fixées dans un arrêté paru le même jour.

 

- Le comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports

- Archives Jeunesse éducation populaire