Expérimentations

Mobilité des jeunes : des ateliers pour renforcer la qualité du déroulement de 16 expérimentations du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse

Parce que ces expérimentations interviennent dans un champ prioritaire de l’action publique en faveur des jeunes, les ateliers de la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ) intègrent une dimension d’accompagnement. Effectué par l’Agence nouvelle des solidarités actives (ANSA), cet appui dure deux ans et vise à soutenir les expérimentateurs dans le déroulement de leur projet, leur mise en réseau et sur la pérennisation future des actions.

Parce que ces expérimentations interviennent dans un champ prioritaire de l’action publique en faveur des jeunes, les ateliers de la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ) intègrent une dimension d’accompagnement. Effectué par l’Agence nouvelle des solidarités actives (ANSA), cet appui dure deux ans et vise à soutenir les expérimentateurs dans le déroulement de leur projet, leur mise en réseau et sur la pérennisation future des actions.

La mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse co-anime, le 28 juin 2016 un atelier destiné à soutenir et à accompagner 16 expérimentations qui visent sur le territoire national à favoriser la mobilité des jeunes afin d’améliorer leur accès à la formation et à l’emploi. Mise en œuvre d’un parcours "mobilité" au pays de Brest, atelier vélo en Champagne-Ardenne, aide à la mobilité transfrontalière en Alsace, acquisition de moyens de locomotion en Limousin… en tout 1400 jeunes sont concernés par ces projets expérimentaux cofinancés par le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et par la fondation Total, pour un montant total de 2 millions d’euros, dont 15% consacré à l’évaluation. 
 
Partager les expériences et les mettre en débat  
 
Traditionnellement intégrés dans le processus de fonctionnement du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, les ateliers de la MAFEJ s’organisent en deux temps. "D’abord il s’agit de réunir les porteurs de projets et les évaluateurs pour que chacun présente la démarche, les actions pour lesquelles il a été sélectionné, comprenne et s’approprie les différents volets qui seront traités par le programme global d’expérimentation et les types d’enseignements attendus par les pouvoirs publics", explique Martine Cambon-Fallières, responsable adjointe de la MAFEJ. L’occasion également de partager les expériences, de dégager des formats d’actions modélisables qui puissent être appliqués sur différents territoires. Le second temps consiste "en une restitution ouverte des évaluations des expérimentations qui associe expérimentateurs, décideurs publics, associations, collectivités territoriales, spécialistes et chercheurs, organisations de jeunes, etc. On présente les résultats, et surtout, on les met en débat", poursuit Martine Cambon-Fallières. 
 
Capitaliser les enseignements et aider à la pérennisation des actions expérimentées
 
Le FEJ soutient financièrement les actions prévues dans chaque projet et leur évaluation, il met ensuite à disposition du plus grand nombre les résultats et enseignements obtenus. Sur l’appel à projets "mobilité inclusive", le FEJ pour la première fois finance également un accompagnement des projets sur deux ans. Effectué par l’Agence nouvelle des solidarités actives (ANSA), celui-ci vise à soutenir les porteurs de projets dans le déroulement de leurs actions et le développement de leur implantation locale, afin qu’au terme de l’expérimentation ils puissent être à même s’ils le souhaitent de trouver les ressources pour pérenniser leurs actions.
En effet, les organismes qui portent ces projets ne sont pas tous également dotés pour développer les partenariats, s’insérer dans le paysage des politiques publiques locales et multiplier les sources de financements. "Les expérimentateurs sont des acteurs aux caractéristiques et cultures professionnelles différentes ; têtes de réseaux très structurées ou, à l’inverse, petites structures innovantes au plan pédagogique mais isolées, spécialistes de l’accompagnement des publics jeunes pour les uns ou professionnels de la mobilité pour les autres. Leur accompagnement individuel et leur mise en réseau collective sur le sujet de la "mobilité inclusive" apporte un plus", relate Martine Cambon-Fallières. Fortifier les structures afin de les aider à être plus autonomes et pérenniser leur action, c’est aussi réunir les conditions d’une expérimentation de qualité puisque ces projets innovants peuvent désormais s’inscrire dans le temps et les territoires, être connus des acteurs et interagir avec les publics. 
 
Les 16 expérimentations au centre de cet atelier s’inscrivent dans le cadre d’un appel à projet "Mobilité et accompagnement vers l’emploi des jeunes" (voir encadré). Ce dernier s’appuie sur le constat que l’absence de mobilité constitue un frein important à l’emploi des jeunes, de même que la santé, le logement et la formation professionnelle. Près d’un jeune en insertion sur deux ne détient pas de permis de conduire, deux sur trois ne possèdent pas de véhicule. La situation est particulièrement tendue pour les jeunes vivant en milieu rural et dans les quartiers prioritaires car il est démontré que les emplois les moins qualifiés sont souvent ceux pour lesquels les distances domicile-travail s’avèrent les plus longues. Ce frein à l’accès à l’emploi touche d’autant plus les jeunes les moins qualifiés dont 47% sont au chômage selon l’INSEE
 

Mobilité et accompagnement vers l’emploi des jeunes : un appel à projet du ministère de la Ville de la Jeunesse et des Sports 

Convaincu qu’une meilleure mobilité des jeunes contribue à leur insertion économique et sociale, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (MVJS) a lancé en mai 2014 un appel à projets soutenu par le groupe Total partenaire du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ). 
1 400 jeunes accompagnés
Près de 2 millions d’euros 
88 projets présentés
16 projets lauréats
- équitablement répartis sur le territoire national ; 
- dans des secteurs prioritaires comme les zones urbaines sensibles ou le zones de revitalisation rurale. 
 
Critère de sélection des projets
 
- Des objectifs affichés opérationnels, mesurables et atteignables qui visent le développement des capacités de mobilité des jeunes et l’impact en termes d’insertion (formation et accès à l’emploi)
- Des actions concrètes pouvant produire des enseignements transférables à d’autres contextes et apportant des solutions susceptibles d’être répliquées à plus grande échelle ou dans d’autres contextes géographiques
- La qualité de la construction du projet (connaissance des fondamentaux théoriques et revue de la question, méthodologie rigoureuse, modalités opérationnelle explicites, ancrage territorial, partenariats institutionnels et éventuellement scientifiques, ciblage des publics et/ou prise en compte de tous les jeunes y compris ceux en situation de handicap)
- La viabilité économique et sociale des projets à terme 

 

 

Contenus associés

25 Septembre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Décret du 18 septembre 2017 relatif au statut particulier des conseillers d'éducation populaire et de jeunesse

  Le décret n° 2017-1351 du 18 septembre 2017 modifiant le décret n° 85-721 du 10 juillet 1985 procède à la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations et à l'avenir de la fonction publique au bénéfice des membres du corps des conseillers d'éducation...
05 Septembre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Jeunesse(s) : les voies de l'autonomie

Le dossier de la revue du CNAF (Caisse nationale des Allocations familiales) présente les différentes voies d'accès à l'autonomie des jeunes en France (par l'emploi, les études supérieures, le logement..) ainsi que les évolutions récentes dans les parcours des jeunes et les manières dont ces...
22 Août 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Rythmes scolaires à la carte - Un tiers des écoles repassent à la semaine scolaire sur 4 jours dès la rentrée 2017

"Un communiqué de presse du ministère de l'Education nationale, publié mardi 18 juillet, annonce que 36,8% des communes de France ayant au moins une école publique, soit 31,8% des écoles, ont "choisi" de faire jouer le décret Blanquer du 27 juin 2017 en adoptant dès la rentrée prochaine une semaine...
20 Juillet 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Un chemin de réussite pour chaque jeune à travers six méthodes d'insertion dans le monde du travail

Ce document s'attache à valoriser six dispositifs d'accompagnement pour la réussite de l'insertion professionnelle des jeunes et à en comprendre les facteurs de succès. Il s'adresse aux décideurs publics, aux acteurs de la formation, au monde enseignant, aux éducateurs, aux jeunes eux-mêmes et à...
17 Juillet 2017
-
Comptes-rendus de conférence-débat

Compte-rendu : L’engagement des descendants d’immigrés, une citoyenneté sans frontières ?

Conférence-débat de l’INJEP à l’Institut français des relations internationales

A rebours du portrait pessimiste d’une jeunesse désabusée, désengagée et apolitique l’engagement des jeunes fait l’objet d’une ample littérature. Mais rares sont les études qui traitent des ressorts de l’engagement transnational des descendants d’immigrés. Un rapport d’études de Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche à l’INJEP, sur ce sujet a fait l’objet d’un débat à l’Institut français des relations internationales. L’occasion de tordre l’idée reçue selon laquelle l’engagement au-delà des frontières induirait mécaniquement un déficit d’intégration dans le pays de résidence. Compte-rendu.