Conférences et rencontres

Conférence-débat

«Expériences juvéniles de la pénalité », 19 octobre 2017, PARIS

Le jeudi 19 octobre 2017, l’INJEP organise une conférence-débat sur les expériences juvéniles de la pénalité, en lien avec le numéro 77 de la revue Agora débats/jeunesses.

Depuis les années 1990, la justice des mineurs s’est profondément transformée, marquée par les réformes successives. Ces dernières années, le nombre d’arrestations et de mises en cause de mineurs augmente, tandis qu’on note une intensification de l’encadrement des jeunes décrits comme « difficiles » avec la mise en place de différents dispositifs de prise en charge, CER (centres éducatifs renforcés), CEF (centres éducatifs fermés), EPM (établissements pénitentiaires pour mineurs), etc. Ces institutions, et l’ensemble de la chaîne judiciaire réservée aux mineur·e·s, sont-elles adaptées aux jeunes en situation de délinquance ? Qu’en pensent les principaux concernés ? Et comment appréhendent-ils·elles ce contact avec les institutions pénales ? Le jeudi 19 octobre, ces problématiques développées dans le numéro 77 de la revue Agora débats/jeunesses, seront exposées et discutées lors d’une conférence-débat organisée par l’INJEP.

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT !

Prenant le contre-pied des études habituellement construites à partir des discours institutionnels, le dossier d’Agora débats/jeunesses a pour originalité de présenter des recherches sociologiques fondées sur des récits des jeunes eux-mêmes et de leurs expériences du contact avec les institutions pénales réservées aux mineurs : Comment un jeune de 15 ans vit-il son défèrement ? Comment les jeunes détenus s’approprient-ils leur cellule et comment parviennent-ils à s’affranchir de cet espace d’isolement ? Comment se négocient les contours de la « liberté assistée » proposée dans les milieux ouverts ? Comment les expériences juvéniles socio-judiciaires impactent-elles les processus de sortie de délinquance ?

Qu’elle s’appuie sur des récits saisis dans l’immédiateté du ressenti ou en mobilisant le registre de la mémoire, l’analyse « par le bas » des parcours de jeunes en situation de délinquance permet de renouveler le regard porté sur le droit et les institutions pénales. En effet, un contraste important se dessine très souvent entre les récits des expériences des adolescents et la lecture qu’en font les professionnels, mettant ainsi en lumière certains angles morts ou effets pervers que peuvent avoir les institutions pénales.

Finalement, la diversité des situations et la variété des expériences montrent à quel point chaque parcours de jeune au contact des institutions pénales est différent. Il n’existe pas en effet une seule trajectoire de délinquance, pas un profil unique d’ « enfant de justice » mais bien des parcours multiples, des itinéraires individuels façonnés à partir d’éléments de contexte géographiques, sociaux, familiaux, et qui doivent être pris en compte dans les solutions apportées et dans les dispositifs de prise en charge envisagés.

Les récits de jeunes peuvent ainsi offrir des outils précieux pour imaginer des principes et des pratiques d’une justice qui serait véritablement « spécialisée » et « adaptée ».

Cliquez ici pour vous inscrire en ligne gratuitement.

Jeudi 19 octobre 2017 de 17h à 19h

Amphithéâtre
Les Grands Voisins
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, Avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris

Invitation avec plan (.pdf)

COORDINATEUR·TRICE DU DOSSIER

• Alice Jaspart, anthropologue et criminologue, membre du Centre interdisciplinaire des droits de l'enfant (CIDE) et directrice de la recherche au Centre d'aide et de prise en charge de toute personne concernée par les extrémismes et radicalismes violents (CAPREV) en Belgique

• Nicolas Sallée, professeur, Université de Montréal, membre du Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations, CREMIS

INTERVENANT·E·S

• Lucie Bony, géographe et sociologue, chargée de recherche CNRS, laboratoire Passages

• Marwan Mohammed, sociologue, chargé de recherche CNRS, ERIS-Centre Maurice Halbwachs 

Anaïs Vrain, secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature, ancienne juge des enfants

Au sommaire du dossier