Librairie

Les effets des formations destinées aux travailleurs de jeunesse dans le programme européen Erasmus + Jeunesse en action

Rapports d'études n°2018/11

123 pages

15/09/2018

Rapport d’étape (modules A et B)
Étude RAY-Capacities

Auteures : FRANCINE LABADIE, ESTELLE CROCHU

Commanditaire : Agence du service civique /Agence Erasmus + France Jeunesse & sports

Descriptif

Afin de soutenir le développement de sa stratégie Jeunesse (2014-2020), la Commission européenne a inscrit l’enjeu de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l’agenda politique européen. Dans cette perspective, la formation constitue l’un des leviers stratégiques majeurs pour renforcer les compétences et les connaissances des professionnels.

L’offre de formation proposée dans le cadre du programme européen Erasmus + Jeunesse en action (action clé 1, mobilité des travailleurs de jeunesse ; actions relevant de la coopération transnationale entre agences [TCA]) s’est vue ainsi considérablement développée. Elle s’adresse au premier chef aux professionnels de jeunesse œuvrant dans le champ de la mobilité internationale dans un cadre non-formel.

Quels sont les effets de la participation à ces formations sur la montée en compétences des travailleurs de jeunesse concernés? Telle est la problématique au cœur de l’étude qualitative réalisée en France en 2017 par l’INJEP auprès de participants à ces formations. Cette étude dénommée « RAY-Capaci-ties » (RAY CAP) relève du programme de travail (2015-2018) du réseau européen RAY (Research based  Analysis of Youth in Action), auquel participent l’Agence nationale Erasmus + Jeunesse et sports et  l’INJEP, en tant que partenaire de recherche. Au-delà de la France, elle est conduite dans onze autres pays membres du réseau RAY, selon le même protocole de recherche.

Le présent rapport rend compte des résultats issus des entretiens passés deux mois après la  formation (module A) et un an après la formation (module B) auprès de 36 participants aux forma-tions. Pour étudier la montée en compétences, trois approches distinctes sont mobilisées : la com-pétence comme performance, approche prévalant dans les référentiels européens ; la compétence comme potentialité, approche s’intéressant aux conditions du transfert d’acquis de formation dans les pratiques professionnelles ; le savoir agir en situation qui définit le professionnel compétent.
L’étude confirme d’abord que la montée en compétences ne peut se mesurer à la seule aune de l’accroissement des performances individuelles. Elle montre ensuite l’importance de travailler au  développement des compétences sociales qui facilitent la mobilité professionnelle. Dans cette perspective, les pédagogies favorisant l’apprentissage par l’expérience apparaissent très pertinentes pour améliorer le transfert des apprentissages dans les pratiques et, partant, la montée en compé-tences. L’étude propose des pistes pour l’adaptation de l’offre de formation aux caractéristiques de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l’international en France.