Youth empowerment dans l'espace euroméditerranéen

Par Francine Labadie, Chantal de Linarès, Jean-Claude Richez (janvier 2012)

Par Francine Labadie, Chantal de Linarès, Jean-Claude Richez

Au moment où nous nous engagions dans cette étude, dont le principe avait été arrêté au début de l'automne 2010, le Printemps arabe, le mouvement des Indignés en Espagne, l'agitation récurrente en Grèce, les émeutes urbaines en Angleterre, précédées quelques mois plus tôt par un soulèvement étudiant, occupaient une place importante dans l'actualité. Les jeunes en ont parfois été à l'initiative et ils y ont toujours participé massivement en donnant parfois le la. Des similitudes dans les modes de mobilisation, d'organisation, dans les revendications nous ont incités dans un premier temps à tenter de comprendre ce qui pouvait rassembler les jeunes de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée. Mais ces mouvements se sont inscrits dans des réalités régionales différentes, et la comparaison systématique, si pertinente fût-elle au regard de l'actualité, exigeait de développer des temps d'analyse et des outils spécifiques dont nous ne disposions pas dans les délais impartis. C'est pourquoi nous avons porté notre attention avant tout sur la rive sud de la Méditerranée, réservant les éléments de comparaison pour insister sur les différenciations à l'oeuvre au sein de ces jeunesses, mais aussi pour faire émerger ce qui leur peut être commun en particulier par rapport à l'actualité.

Cette actualité commune oblige à analyser le cadre conceptuel dans lequel sont pensées les politiques de jeunesse en Europe et de l'Europe, et notamment le terme « youth empowerment ». Nous nous sommes plus particulièrement attachés aux documents émanant de la Commission européenne et de ses programmes jeunesse conformément à la commande qui nous a été faite. Mais il nous a cependant semblé nécessaire pour bien les comprendre de les replacer dans un cadre plus général. De façon « impertinente » mais nécessaire, nous pouvons nous interroger sur le fait que de longue date l'on a souhaité une jeunesse « empowered » et que celle-ci brutalement fait irruption et revendique sinon le pouvoir au moins d'y avoir part. Les finalités affichées des programmes européens et d'EuroMed autour de l'« empowering » ont-elles pu contribuer ou non à ces mobilisations ? Et est-il possible d'intégrer aujourd'hui pour penser ces politiques d'« empowerment » certains enseignements de ces événements ?

Nous voudrions ici nous attacher à répondre à ces questions en rappelant d'abord la place de l'empowerment dans les axes programmatiques de la Commission européenne, en précisant les éléments de contexte dans lequel ces mouvements s'inscrivent, en s'interrogeant sur le rôle du processus d'individualisation inséparable de la question de l'empowerment. Nous examinerons les différents leviers sur lesquels pourraient s'appuyer ces politiques d'empowerment des jeunes. C'est d'ailleurs bien ce à quoi nous invite la Commission européenne qui, réagissant à cette nouvelle donne 1 reconnaissait que « la transformation radicale du paysage politique » exigeait « un saut qualitatif » et appelait à fonder sur l'attachement à des valeurs communes un « partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée »2. La question de l'empowerment s'inscrit naturellement dans cette logique de coopération, la reconnaissance des jeunes et une meilleure prise en compte de leurs aspirations démocratiques. Encore faut-il s'entendre sur ce que l'on comprend par « empowerment ».

Contenus associés

10 Novembre 2017

"La défiance vis-à-vis de la démocratie représentative ne se traduit pas par une distance vis-à-vis de l’idéal démocratique pour les jeunes"

Interview de Francine Labadie

Les prochaines Rencontres annuelles de l’INJEP se tiendront le 14 décembre au Conseil économique, social et environnemental sur le thème « Les nouvelles jeunesses de la démocratie : une revitalisation de la participation citoyenne ? ». Pour Francine Labadie, coordinatrice de l’observatoire et Relations internationales à l’INJEP, qui en assure le pilotage, la question démocratique est au cœur des innovations associatives et des pratiques politiques des jeunes.
14 Novembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

L'état (2017) de la pauvreté en France. Préjugés et cohésion sociale

Le rapport du Secours Catholique souligne, entre autre, [une perte d’autonomie des jeunes adultes, dont la décohabitation est plus tardive ainsi que la surreprésentation d'enfants âgés de moins de 20 ans dans les familles rencontrées par rapport à la répartition observée dans la population générale....
14 Novembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Favoriser l’engagement des jeunes à l’école

Le Haut Conseil à la vie associative (HCVA) s’est saisi d’un sujet qui lui paraît fondamental aujourd’hui dans le parcours éducatif des jeunes. Favoriser chez les jeunes collégiens et lycéens un éveil à une conscience citoyenne, et l’envie de contribuer par leur action et notamment par leur...
13 Novembre 2017

Une Europe en bonne santé : la jeunesse européenne contemporaine entre doutes et certitudes [Dossier]

Le troisième volume de la série Points de vue sur la jeunesse a pour thème "Une Europe en bonne santé".Il examine plus largement ce que signifie être jeune dans une Europe en proie aux conflits et à l'austérité, et ce que ressent la jeunesse face à des situations de plus en plus difficiles.Il repose...
13 Novembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Evaluer une action intensive pour l'insertion des jeunes : le cas du service militaire volontaire

Cette étude propose une évaluation du  Service Militaire Volontaire (SMV), programme d'accompagnement  et de formation mis en œuvre par l’armée depuis la fin 2015  et mis en place pour des jeunes sortant du système éducatif avec peu ou pas de diplôme. L’étude  met en évidence de nombreux autres...
20 Octobre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

Politiques sociales et violence symbolique : la situation des "NEET"

Enquête qualitative auprès des NEET. L'idée centrale de cette recherche consistait à considérer que ces personnes pouvaient mobiliser une attitude réflexive sur leur situation et leur trajectoire et que cette analyse pouvait mettre à jour des éléments du « flux de la vie » non pris en compte par la...