Participation, engagement, citoyenneté

Vivre et faire vivre son territoire

Initiatives jeunesse et dynamiques de territoire

Une étude réalisée par Cap-Berriat1 en partenariat avec l'Injep, par Olivier Gratacap, sociologue, chargé d'étude à Cap-Berriat et Bernard Bier, chargé d'étude et de recherche à l'Injep.

Une enquête réalisée autour des initiatives jeunes et de leur impact territorial. Ce travail renouvelle profondément l'approche de la question des initiatives jeunes abordées en général essentiellement en terme de quelle plus-value pour les jeunes, dans le développement de leur socialisation, de leurs engagements dans la cité, leur éducation citoyenne.

Ici ce point de vue est renversé à travers l'examen concret et détaillé de ce que des initiatives jeunes peuvent apporter à un territoire, comment ils sont pour celui-ci une ressource.

Dix des quatorze expériences retracées ici font également l'objetd'une présentation sous forme de courtes videos "Focales jeunes", accessibles sur www.humanreport.org. Ce travail devrait par ailleurs déboucher sur une publication de l'ADELS consacrée à la place des jeunes dans les politiques territoriales de jeunesse à paraître début 2011.

Extrait de l'avant propos du rapport de l'étude réalisé par Par Patricia Loncle 2 :

(...)

« L'étude « Vivre et faire vivre son territoire » propose une image résolument positive des jeunes, de leurs productions et de leur ancrage territorial. Pour ce faire, elle étaye son propos sur des études de cas et des témoignages fouillés et libres de ton. Ce choix méthodologique rend l'administration de la preuve très convaincante et la lecture infiniment vivante. De plus, les pistes suggérées se révèlent particulièrement fructueuses pour les décideurs, les professionnels et bien sûr les jeunes eux-mêmes. Parmi celles-ci nous en retiendrons trois qui nous ont semblé particulièrement intéressantes :

- l'idée que les pratiques professionnelles peuvent se trouver interpellées par les usages que les jeunes font des territoires, ce qui suggère un mouvement circulaire possible entre jeunes et professionnels qui ne soit plus ancré sur des logiques verticales héritées que les professionnels sont le plus souvent les premiers à remettre en cause ;

- l'idée que les formes de l'engagement sont aujourd'hui plus difficiles à repérer que par le passé, qu'elles sont plus labiles, plus délicates à circonscrire mais que cependant, elles existent et sont le signe d'une résistance des jeunes à des évolutions sociales qu'ils révoquent.

Contenus associés

11 Septembre 2018
-
Enquête ou sondage

Engagements citoyens des lycéens

Le système scolaire français est un des rares systèmes européens à développer un ensemble d’instruments concourant à l'éducation à la citoyenneté. Cette enquête nationale inédite du Conseil national d'évaluation du système scolaire, CNESCO, se propose de mieux connaître l'état des connaissances sur...
23 Août 2018
-
Article de presse / Revue de presse

Service national universel : le projet et la méthode

"Auditionné par la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, le général Daniel Ménaouine en charge du groupe de travail sur le service national universel a apporté des précisions sur la concertation en cours et, plus globalement, sur l'esprit du projet, les différentes étapes du...
28 Juin 2018
-
Article de presse / Revue de presse

Regain d'intérêt pour les divers engagements citoyens

Diverses formes d'engagement citoyen, de nature civile ou en lien avec l'institution militaire coexistent en France : le service militaire volontaire, les service militaire adapté, le service civique, la garde natioanle, les établisssement pour l'insertion dans l'emploi....
28 Juin 2018

Les grands principes du service national universel

Le Premier ministre a présenté une communication relative aux grands principes du service national universel, SNU, le mercredi 27 juin 2018 en Conseil des ministres. Voulu par le président de la République pour favoriser la participation et l’engagement de chaque jeune, le SNU se déroulera en deux...