Modes de vie, sociabilités, pratiques sportives

Une société fâchée avec sa jeunesse ?

L'Afev organisait une rencontre dans le cadre des Cercles de l'Afev sur le thème "Une société fâchée avec sa jeunesse ?" le mercredi 31 mars à Paris.

A cette occasion, les résultats d'une enquête "Les Français et les jeunes" étaient présentés.

A noter parmi les enseignements de cette enquête réalisée par Internet :

- Un Français sur deux (49%) dit avoir un regard négatif sur la jeunesse
- 83% des Français disent apprécier la relation avec les jeunes, mais les jugent aussi « pas lucides » et pas « réalistes »

- Lire l'ensemble des résultats de l'enquête :

Elise Renaudin (Afev) animait la rencontre de restitution de "l'étude perception des jeunes" présentée le 31 mars.

Le sondage a été analysé et commenté par un panel de personnalités de la vie publique et de chercheurs, au premier rang desquels Cécile van de Velde, spécialiste en sociologie comparée de la jeunesse, des âges et des générations en Europe et marraine de l'Observatoire en 2010.

Contribution de Cécile Van de Velde invitée à réagir au sondage lors de la rencontre du 31 mars et interviewée sur le site www.fetedessolidarites.org.

Extraits de l'interview :

« (...) Les sondés révèlent à la fois une peur sociale sur les jeunes et un regard positif sur les échanges qu'ils ont avec eux. Du côté négatif, l'image qui ressort du sondage est celle d'une jeunesse passive. Sur l'investissement, la capacité à se prendre en main, le doute est énorme.

Ce qui n'est pas surprenant sachant qu'en France le regard sur les jeunes est essentiellement vertical : à l'école c'est l'autorité du professeur, dans la famille c'est aux parents de gérer les aides sociales, même quand le jeune devient majeur.

Bref, notre société a une tendance globale à mettre sous tutelle la jeunesse. Du coup cette image négative apparaît comme une injonction paradoxale : on leur dit d'être actifs mais sans tenir compte que les jeunes n'ont pas la possibilité d'accéder à cette autonomie.

Un résultat me semble particulièrement inquiétant : c'est le fait qu'un quart des sondés disent ne pas considérer que les jeunes « sont un atout pour la société ». Même s'ils sont une minorité, c'est énorme ! Tout ce qui est positif concerne, a contrario, le lien social direct, l'humain.

Nous vivons dans un pays qui aime à caractériser les populations en fonction de leur seul âge, et les gens ont du coup une aspiration à recréer du lien intergénérationnel. Cela est visible dans le sondage sur l'envie de transmettre aux jeunes des savoirs. »

Cécile Van de Velde lors de la restitution du 31 mars

- Lire l'interview de Cécile Van de Velde

http://www.fetedessolidarites.org/index.php?page=en_CVDV

A propos de Cécile Van de Velde :

Contenus associés

23 Avril 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

L'éducation non formelle : chance ou défi pour le travail de jeunesse ? : conclusions des journées d'étude franco-allemandes

En collaboration avec l’INJEP (Institut National pour la Jeunesse et l’Éducation populaire) et le DJI (Deutsches Jugendinstitut, Institut allemand pour la Jeunesse), deux Journées d’étude franco-allemandes ont été organisées avec pour objectif d’offrir une plateforme d’échange aux acteurs du travail...
26 Février 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

« Prévenir Pour Protéger ». Plan national de prévention de la radicalisation

Ce dossier de presse présente le nouveau plan national de prévention de la radicalisation suivant cinq axes :1) Prémunir les esprits face à la radicalisation; 2) Compléter le maillage détection / prévention ; 3) Comprendre et anticiper l’évolution de la radicalisation; 4) Professionnaliser les...
20 Février 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

Jeunes et cultures : dialogue franco-québecois

Les cultures juvéniles nourrissent bien des fantasmes de part et d'autre de l'Atlantique : générations connectées, mondialisées, délaissant la culture classique... Cet ouvrage propose de passer au crible les mutations des cultures juvéniles en France et au Québec en invitant au dialogue des...