Participation, engagement, citoyenneté

Développement durable

Table-ronde : "L’éducation, levier pour la transition"

Comment aborder la question du développement durable et de l’éducation ? Quel engagement pour demain ? A la COP 21, une table-ronde du CNAJEP et de ses partenaires a traité des enjeux éducatifs des mobilisations écologiques. L’occasion de réfléchir aux conséquences sur l’organisation et le futur des associations de jeunesse et d’éducation populaire.

Six organisations, dont le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (CNAJEP), se sont accordées pour participer ensemble au village international nommé "Espaces Générations Climat" installé dans l'enceinte de la COP 21 du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris Le Bourget. Au sein de cet espace, le Collectif français pour l’éducation à l’environnement vers un développement durable (CFEEDD), le CNAJEP, le Collectif des associations partenaires de l’école (CAPE), le Collectif Paris éducation 2015, la revue Alter mondes et Solidarité laïque organisaient, le 4 décembre 2015 une table-ronde « L’éducation, levier pour la transition ».

Cette table-ronde était animée par David Eloy, rédacteur en chef de la revue Alter monde, en présence d’Irène Péquerul, vice-présidente du CNAJEP, Hervé Prévost, représentant du CNAJEP au Conseil national de la transition écologique (CNTE), Carole Coupez, déléguée aux actions d’éducation au développement et à la solidarité internationale de Solidarité laïque, Catherine Chabrun, porte-parole du CAPE, Roland Gérard, co-président du CFEEDD et d’Yves Reinkin, coordinateur du collectif Paris Education 2015.

Regrettant la faible part accordée aux questions éducatives dans les débats de la COP 21, Hervé Prévost, dans ses propos liminaires, a rappelé que l’éducation constitue le principal « agent de changement » à travers « l’appropriation citoyenne des enjeux climatiques». Il a appelé les Etats et les organisations internationales à « un changement d’échelle » en matière d’éducation à l’environnement. Puis, s’adressant aux acteurs associatifs et d’éducation populaire, Hervé Prevost a plaidé pour que chacun « intègre davantage une dimension politique dans [ses] actions éducatives, car la connaissance ne peut, à elle seule, procéder aux changements nécessaires ».

Pour Catherine Chabrun, les enseignements académiques sont trop cloisonnés. C’est « une éducation globale, intergénérationnelle, tout au long de la vie, dans un espace démocratique et ouvert » qui peut contrer le réchauffement climatique dans un contexte de globalisation des enjeux. Carole Coupez a estimé que ceux-ci imposent aux associations de jeunesse de dépasser « les visions éthiques réduites à la seule sensibilisation » et de s’inscrire dans un mouvement plus large d’engagement pour « les droits humains et la dignité ». Car il n’y aura pas « de transition écologique sans universalité du droit à l’éducation », a-t-elle affirmé.

Ancrant son intervention sur un plan plus local, Irène Péquerul a jugé que l’éducation populaire, de par sa double portée pédagogique et émancipatrice, a la vocation « de créer, sur le terrain, et au quotidien, les conditions d’un débat élargi » nécessaire à la transition écologique. Mais en agissant de sorte que « les jeunes trouvent leur place dans le débat public », les associations de jeunesse sont également porteuses d’une responsabilité particulière. La capacité de l’humanité à relever les défis climatiques dépendra en effet largement du niveau d’éducation et de conscience des jeunes générations d’aujourd’hui.  

En effet, « le changement climatique n’est pas une crise. Ce n’est pas passager. C’est un bouleversement qui appelle à un cadre commun d’action », a fait valoir pour sa part Yves Reinkin pour qui le problème vient du fait « que les jeunes sont placés dans un système éducatif ne permettant pas la compréhension globale et la participation citoyenne ».

Aussi la vice-présidente du CNAJEP a-t-elle appelé toutes ses organisations membres à prendre pleinement la mesure des enjeux environnementaux dans leurs actions les plus concrètes. « L’environnement et le développement durable doit pénétrer nos choix, les fonctionnements de nos propres organisations afin de générer de l’influence dans l’action éducative », a déclaré Irène Péquerul. 

 

En savoir plus

Les mobilisations des organisations de jeunesse pour le climat 

Contenus associés

28 Septembre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881)

Les débuts des années 1860 en France ont été marqués par l'éclosion de nombreuses bibliothèques populaires. Des hommes, notables souvent, laïques, protestants, ont appliqué un certain nombre des idées philanthropiques développées après 1848, pensant, comme Jean Macé, que la bibliothèque permettait...
25 Septembre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Décret du 18 septembre 2017 relatif au statut particulier des conseillers d'éducation populaire et de jeunesse

  Le décret n° 2017-1351 du 18 septembre 2017 modifiant le décret n° 85-721 du 10 juillet 1985 procède à la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations et à l'avenir de la fonction publique au bénéfice des membres du corps des conseillers d'éducation...
24 Août 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Composition et renouvellement des conseils régionaux, sociaux, et environnementaux régionaux

Le décret n° 2017-1193 du 26 juillet 2017 traite de la composition et du renouvellement des conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux. La modification de la composition du troisième collège sera applicable à compter du prochain renouvellement des membres des conseils économiques,...