Rapport d'activité 2011 de l'INJEP

Si 2010 a été l'année de l'emménagement de l'INJEP à Paris et celle de la définition d'un nouveau projet pour l'établissement, 2011 constitue la première année pleine de fonctionnement de l'Institut dans ses nouveaux locaux, son nouveau périmètre et ses nouvelles missions. C'est l'année où la fonction nouvelle d'Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse de l'INJEP a pris tout son sens, à côté de sa fonction d'opérateur du programme européen « Jeunesse en action » assuré par l'Agence française du programme européen « Jeunesse en action » (AFPEJA).

Cette mission d'observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse a été confirmée par la nouvelle équipe gouvernementale fin novembre 2010, conformément au contrat d'objectifs et de performance signé le 3 décembre de cette même année.

Aux organes de gouvernance du nouvel INJEP, il ne manquait plus que le conseil scientifique. Il a été installé le 2 février 2011 par la secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de la Vie associative, Mme Bougrab. C'est le sociologue Olivier Galland qui a été désigné pour le présider.

La contribution de l'INJEP à l'Agence du service civique a été reconduite. Outre sa participation au conseil d'administration et au comité stratégique, l'INJEP a réalisé pour l'Agence un panorama des services civiques en Europe, élaboré le cahier des charges pour l'évaluation de l'impact du service civique sur les jeunes et co-organisé plusieurs événements dans le cadre de l'année européenne du bénévolat et du volontariat pour laquelle l'AFPEJA s'est fortement mobilisée.

 

Un nouvel Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse

 

Le conseil scientifique a validé le programme de travail de l'institut et contribué au lancement des deux chantiers commandés par la ministre, à savoir :- la mise en place d'un recueil des données de cadrage sur la jeunesse avec la participation des principaux services statistiques ministériels ; - la préparation de la première édition du rapport de l'Observatoire sur l'état de la jeunesse prévue pour fin 2012.

Ces deux chantiers ont tout de suite donné une dimension interministérielle à l'Observatoire et permis la mise en place de partenariats avec des organismes publics de référence comme le CEREQ, l'INPES ou la CNAF ou des services statistiques ministériels comme la DARES, la DREES ou la DEPP.Des contacts ont par ailleurs été pris avec l'Union nationale des missions locales, promoteur de l'Institut Bertrand Schwartz, et avec l'Observatoire de l'action sociale décentralisée, deux organismes aux fonctions complémentaires d'observation.

Plusieurs études et recherches ont été lancées ou commandées, dont on trouvera le détail au chapitre « Observation et évaluation » de ce rapport d'activité.

Ces travaux n'auraient pas pu s'engager sans le recrutement d'une chef de projet qui a pu mettre à profit des compétences acquises comme corapportrice des rapports sur la jeunesse de 2001 et 2002 et experte des politiques publiques. Enfin, l'équipe des chargés d'études et de recherche a vu ses compétences enrichies en expertise d'évaluation et de statistiques, ainsi que dans le domaine des politiques éducatives.

Contenus associés

13 Novembre 2017

Une Europe en bonne santé : la jeunesse européenne contemporaine entre doutes et certitudes [Dossier]

Le troisième volume de la série Points de vue sur la jeunesse a pour thème "Une Europe en bonne santé".Il examine plus largement ce que signifie être jeune dans une Europe en proie aux conflits et à l'austérité, et ce que ressent la jeunesse face à des situations de plus en plus difficiles.Il repose...
20 Octobre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

Politiques sociales et violence symbolique : la situation des "NEET"

Enquête qualitative auprès des NEET. L'idée centrale de cette recherche consistait à considérer que ces personnes pouvaient mobiliser une attitude réflexive sur leur situation et leur trajectoire et que cette analyse pouvait mettre à jour des éléments du « flux de la vie » non pris en compte par la...
03 Octobre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Macron à la Sorbonne : «Chaque étudiant devra parler au moins deux langues en 2024»

Lors deson discours dédié à l'Europe le 26 septembre dernier, le Président a déclaré que «chaque étudiant devra parler au moins deux langues européennes d’ici à 2024.» avant d’assurer que d’ici à cette date, «la moitié d’une classe d’âge doit avoir passé, avant ses 25 au moins, 6 mois au moins dans...
02 Octobre 2017
-
Note de synthèse

Youth Employment Initiative

L’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) constitue l'une des principales ressources financières de l'UE pour mettre en œuvre les dispositifs de la garantie pour la jeunesse. Elle a été lancée afin d’aider les jeunes sans emploi, ne suivant ni enseignement ni formation (NEET), vivant dans des...
18 Septembre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie

Le Parlement européen a voté une résolution sur la formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie, s'appuyant sur rapport sur la formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne...