Éducation, formation orientation

Éducation populaire / Animation

Interview

Outre-mer : La Réunion organise ses Rencontres de la jeunesse

Serge Fabresson est délégué à la Jeunesse et à la Vie associative à La Réunion.

Serge Fabresson est délégué à la Jeunesse et à la Vie associative à La Réunion. Il est un des principaux initiateur des Rencontres de la jeunesse qui se tiennent le 6 juin, à Saint-Denis de la Réunion. 300 personnes sont attendues à ces rencontres pilotées et organisées par l’Etat. Interview.

Pourquoi avoir voulu organiser cette rencontre des jeunesses à Saint-Denis de la Réunion ?

L’idée générale est de réunir l’ensemble des acteurs qui travaillent sur la jeunesse, les élus, les travailleurs de jeunesse et les jeunes eux-mêmes, à travers, notamment, des conseils général et régional de la jeunesse, des comités jeunes des missions locales et les associations. Il s’agit d’abord d’établir un constat partagé sur l’état de la jeunesse réunionnaise, puis de nous entendre sur les moyens à mettre en œuvre pour améliorer sa situation. L’enjeu est énorme sur l’île quand on sait que 41% de la population a moins de 25 ans. Régler les défis posés par la jeunesse, c’est résoudre de nombreux problèmes structurels de la Réunion. Nous nous situons donc dans une étape intermédiaire, dans un temps de travail où nous réunissons les acteurs. Viendra, ensuite un temps plus médiatique, avec des Assises de la jeunesse réunionnaise où l’Etat ne sera plus seul à la manœuvre.

Quelles sont les questions qui se posent de façon plus accrue à La Réunion ?

Lire aussi :

Aller plus loin :

La mobilité et l’isolement, l’exclusion sociale, l’engagement et la participation des jeunes prennent ici une intensité plus forte qu’en métropole. Travailler sur la mobilité des jeunes Réunionnais c’est œuvrer à tisser des liens plus forts avec le monde extérieur, la métropole ou encore l’Australie, l’Inde ou l’Afrique du Sud et rompre avec l’isolement de la région que lui confère sa qualité insulaire. Je ne redirai pas les chiffres des jeunes en situation d’exclusion, mais chacun sait ici qu’ils menacent l’équilibre social de toute la société. S’agissant de la participation des jeunes, voyez en France hexagonale les conséquences d’un retrait des jeunes du champ politique et de l’engagement citoyens. Imaginez la situation dans une île ou près de la moitié de la population a moins de 30 ans.

C’est la raison pour laquelle vous avez insisté pour que les jeunes et leur parole soient bien intégrés dans chaque temps qui rythme les rencontres ?

Oui. Les rapporteurs, par exemple, seront tous des jeunes. Plusieurs groupes de travail ont été constitués autour de trois thématiques : « L’ouverture au monde, la mobilité comme enrichissement », « La re-mobilisation des jeunes au bord du chemin », « La parole et la place des jeunes dans La Réunion d’aujourd’hui et de demain ». Ces groupes de travail comportennent environ 16 personnes, à raison de neuf jeunes et de sept représentants des institutions. Nous avons également souhaité que les composantes les plus larges possibles de la jeunesse réunionnaise participent : des jeunes en situation de handicap, des jeunes des zones rurales, en Garantie jeunes, des quartiers urbains, ce qui a demandé un investissement conséquent.

Aux thèmes que vous avez évoqués vous avez ajouté un groupe « prospective ». Quelle en est sa visée ?

L’objectif est de mettre en commun et de partager les points de vue afin de structurer des politiques publiques dédiées à la jeunesse dans le cadre du plan Priorité jeunesse. Il s’inscrit dans le partenariat mis en œuvre avec le Département et la Région afin de coordonner nos actions, notamment à travers la mise en place d’un guichet unique pour les jeunes de l’île.

Qu’appréciez-vous dans le soutien de l’Injep ?

L’Injep constitue un apport théorique et pratique précieux pour un professionnel de jeunesse tel que moi. C’est un institut qui apporte à la fois la proximité et la distance, qui sait creuser les questions essentielles dans des travaux de recherche, mais aussi faire montre d’exhaustivité et de synthèse, notamment à travers ses fiches Repères qui constituent des fondamentaux précieux pour les acteurs de ce champ. Cet apport théorique nous permet également d’inscrire notre action dans l’histoire commune de l’éducation populaire et des projets émancipateurs portés par ces mouvements.

Le rôle de l’Injep
L’Injep interviendra lors de ces rencontres. Chargée d’études et de recherche et rédactrice en chef de la revue Agora débats/jeunesses, Yaëlle Amsellem-Mainguy construira son intervention autour des questions d’autonomie et d’indépendance. Elle présentera notamment "4 modèles en Europe du devenir Adulte" et se livrera à une comparaison des modèles d’autonomie dans les différents départements et territoires Outre-Mer.

Propos recueillis par Roch Sonnet

Serge Fabresson est délégué à la Jeunesse et à la Vie associative à La Réunion. Il est un des principaux initiateur des Rencontres de la jeunesse qui se sont tenues le 6 juin, à Saint-Denis de la Réunion pilotées et organisées par l’Etat. Chargée d’études et de recherche et rédactrice en chef de la revue Agora débats/jeunesses, Yaëlle Amsellem-Mainguy était invitée à intervenir.
Dix propositions concrètes en faveur des jeunes vivant à la Réunion ont été présentées à l’issue de ces rencontres et remises à la Ministre de l’Outre-Mer, George Pau Langevin et au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve le 21 juin.

>> Lire l’interview de Serge Fabresson

>> Lire les 10 propositions formulées à l’issue des rencontres

Contenus associés

12 Juin 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Étude sur l’impact d’internet et des médias sociaux sur la participation des jeunes et le travail de jeunesse

"Ce résumé exécutif synthétise brièvement les principales conclusions d'une étude qui explore comment Internet et les médias sociaux influencent la citoyenneté active des jeunes et leur participation aux sphères publiques des sociétés démocratiques et, aussi, comment ceux qui travaillent avec eux,...
22 Mai 2018
-
Note de synthèse

Le collaboratif, nouvel horizon utopique ?

"Participatif, collaboratif, coopératif, pair à pair, les mots se bousculent pour évoquer un univers en plein fourmillement. Ces pratiques se développent notamment parce qu’elles font écho à de nouvelles aspirations"... Pour une partie de la population, le « faire ensemble » devient ainsi un nouvel...
09 Mai 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Les entreprises de l'économie sociale et solidaire dans les quartiers "politique de la ville". Etude statistique exploratoire

Les entreprises de l’ESS, à travers leur ancrage territorial, leur utilité sociale revendiquée, leur présence dans l’insertion par l’activité économique et la lutte contre l’exclusion, mais aussi des secteurs comme la médiation sociale, l’animation socio-culturelle, le sport etc. ont a priori un...