Participation, engagement, citoyenneté

Vie associative, économie sociale et solidaire

Interview de Jean-Sébastien Laloy vice-président du conseil départemental de l’Allier, chargé de la culture, du patrimoine, de l’enseignement supérieur, de la mémoire et de la jeunesse

Neuj’Pro 2015 : « L’enjeu c’est de parler des jeunes et des politiques de jeunesse, quelles que soient les sensibilités politiques de chacun »

Interview de Jean-Sébastien Laloy vice-président du conseil départemental de l’allier, chargé de la culture, du patrimoine, de l’enseignement supérieur, de la mémoire et de la jeunesse.

Les rencontres annuelles Neuj’Pro soufflent leurs 14 bougies. Organisée par le conseil départemental de l’Allier, avec notamment le soutien de l’INJEP, Neuj’Pro est la seule manifestation nationale réunissant professionnels et élus en charge des politiques de jeunesse. Les majorités politiques passent, mais l’événement fait consensus et gagne chaque année en importance. Explications de Jean-Sébastien Laloy, 27 ans… et nouvel élu à la jeunesse du conseil départemental de l’Allier, qui associe désormais le Forum français de la jeunesse à l’organisation de ces rencontres.

INJEP : Les 8 et 9 octobre prochains se tient la quatorzième édition des rencontres nationales des professionnels de jeunesse, Neuj’Pro, organisées par le conseil départemental de l’Allier. Comment expliquez-vous cette longévité qui transcende les alternances politiques ? 

Jean-Sébastien Laloy : Neuj’Pro n’est pas un événement politique, au sens partisan du terme, mais la réponse à un enjeu d’intérêt général : quelles politiques de jeunesse mettre en œuvre dans nos territoires ? Quelles sont les pratiques et attentes des jeunes ? Quelles collaborations possibles entre les acteurs ? Quelles places accorder aux jeunes dans l’élaboration des politiques qui les concernent ? Pour quels résultats ? Ces sujets préoccupent les élus de l’Allier, depuis longtemps, toutes tendances confondues. Pour preuve : Neuj’Pro a démarré sous la présidence de Gérard Dériot en 2002. Il s’est poursuivi avec son successeur, Jean-Paul Dufrègne, et perdure avec le retour de Gérard Dériot à la tête de l’exécutif départemental. L’enjeu c’est donc de parler des jeunes et des politiques de jeunesse, quelles que soient les sensibilités politiques de chacun à travers des rencontre uniques en France qui réunissent autour des même sujets les professionnels, les élus… et les jeunes. Je profite de l’occasion offerte par cette tribune pour remercier tous nos partenaires, au premier rang desquels l’INJEP, l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej), le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d'éducation populaire (Cnajep) et l’Association des départements de France (ADF), qui permettent à l’événement de perdurer et de prendre de l’ampleur d’années en années.

INJEP : En quoi est-ce stratégique pour le département de porter ces rencontres nationales ?

Jean-Sébastien Laloy : Neuj’Pro contribue à identifier le département de l’Allier comme un acteur important des politiques de jeunesse. Par ailleurs, ces rencontres apportent différents regards sur les mises en œuvre des politiques de jeunesse, ici comme ailleurs, contribuant à nourrir nos pratiques sur le plan local. Pour le dire autrement, Neuj’Pro constitue un excellent retour d’expériences pour renforcer les politiques de jeunesse dans le département de l’Allier. Les expérimentations, les nouveautés,  les questionnements, les bilans que nous capitalisons et mettons en débat dans le champ de la jeunesse, renforcent les capacités d’innovation et de pilotage des politiques du département en matière de jeunesse.

INJEP : Le conseil départemental souhaite cette année associer les mouvements de jeunesse à la tenue de l’événement, à travers la mobilisation du Forum français de la jeunesse (FFJ). Pourquoi ?

Jean-Sébastien Laloy : Je vais vous répondre en tant qu’élu chargé de la jeunesse, mais aussi en tant que jeune élu : j’ai 27 ans. A ce titre j’ai souhaité qu’effectivement les jeunes soient plus présents dans le débat. J’ai la certitude que, si on veut parler des jeunes et des politiques de jeunesse, il faut les impliquer, en tout cas davantage qu’auparavant. L’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej) est déjà un partenaire historique de Neuj’Pro. Avec l’association du Forum français de la jeunesse à l’organisation de ces rencontres, nous portons la parole des jeunes au cœur des débats et renforçons leur implication dans une réflexion collective pour des politiques de jeunesse en lien étroit avec les pratiques et les attentes des publics.  D’ailleurs, je note que le premier atelier  de ces rencontres porte sur la place des jeunes et leur association aux politiques de jeunesse.

INJEP : Pouvez-vous nous expliquer les raisons des choix thématiques des plénières : le lien entre éducation populaire et laïcité, puis les politiques de l’emploi ?

Jean-Sébastien Laloy : Nous avons tous en tête les événements tragiques de janvier dernier et ce qu’ils ont réveillé en chacun de nous : la conscience douloureuse que nous vivons dans un monde où les valeurs d’humanisme et de laïcité sont durement interrogées. Elles ne vont pas de soi. Il importe donc qu’élus, professionnels et jeunes échangent sur ces questions parce qu’elles engagent le vivre-ensemble, la cohésion du pays et des territoires. S’agissant de l’emploi, nous répondons tout simplement à la préoccupation première des jeunes. Ils veulent savoir ce qu’ils vont devenir, et, plus précisément, comment franchir la passerelle qui les sépare du monde professionnel. En raison de la situation sociale et économique du pays, ce passage est devenu un tel jeu d’obstacles que cela interroge certains fondements de l’exercice de la citoyenneté, comme l’insertion sociale, l’accès à la dignité, à l’indépendance économique, à la capacité d’agir sur le futur. C’est dire si nous devons questionner l’investissement public visant la réinsertion à travers les dispositifs tels que les contrats uniques d’insertion, les contrats d’accompagnement à l’emploi, les contrats de génération ou de génération… C’est dire aussi l’importance de délibérer sur un dispositif tel que le Service Civique, qui ne correspond ni à un emploi, ni à un stage, ni à une formation, et néanmoins concourt à l’insertion socio-professionnelle des jeunes.

En savoir + 

Sur les 14e rencontres nationales des professionnels et des élus de la jeunesse – NEUJ’PRO- sont organisées chaque année depuis 2002 par le Conseil départemental de l’Allier.

Depuis 2009 sont associés à cette organisation l’INJEP, le CNAJEP, l’ANACEJ, acteurs nationaux de la jeunesse ainsi que l’Assemblée des Départements de France. Cette année, le Conseil départemental a également souhaité associer le Forum français de la jeunesse, représentant les mouvements et associations de jeunes.

Voir le dossier

Dossier : NEUJ'PRO 2015

Les 14es Rencontres nationales des professionnels et des élus de la jeunesse – NEUJ’ PRO –se sont tenues à Vichy, les 8 et 9 octobre 2015. Retrouvez dans ce dossier l’ensemble des actes de ces...

Contenus associés

22 Août 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Rythmes scolaires à la carte - Un tiers des écoles repassent à la semaine scolaire sur 4 jours dès la rentrée 2017

"Un communiqué de presse du ministère de l'Education nationale, publié mardi 18 juillet, annonce que 36,8% des communes de France ayant au moins une école publique, soit 31,8% des écoles, ont "choisi" de faire jouer le décret Blanquer du 27 juin 2017 en adoptant dès la rentrée prochaine une semaine...
17 Juillet 2017
-
Comptes-rendus de conférence-débat

Compte-rendu : L’engagement des descendants d’immigrés, une citoyenneté sans frontières ?

Conférence-débat de l’INJEP à l’Institut français des relations internationales

A rebours du portrait pessimiste d’une jeunesse désabusée, désengagée et apolitique l’engagement des jeunes fait l’objet d’une ample littérature. Mais rares sont les études qui traitent des ressorts de l’engagement transnational des descendants d’immigrés. Un rapport d’études de Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche à l’INJEP, sur ce sujet a fait l’objet d’un débat à l’Institut français des relations internationales. L’occasion de tordre l’idée reçue selon laquelle l’engagement au-delà des frontières induirait mécaniquement un déficit d’intégration dans le pays de résidence. Compte-rendu.