Qui sommes nous ?

L’INJEP devient un service à compétence nationale

 

 

Par décret en date du 24 décembre 2015, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) est transformé en service à compétence nationale (SCN). Le texte précise les missions et l’organisation de ce nouveau service désormais rattaché au directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, également délégué interministériel à la jeunesse (DIJ). Chargé, entre autres, "d'observer et d'analyser la situation des jeunes et les politiques qui leur sont destinées à tous les niveaux territoriaux, du niveau local au niveau européen", ce nouveau service :

 

- élabore "des analyses à travers la conduite de recherches, d'études et d'évaluations, et produit des données statistiques en lien avec le service statistique public, dans les domaines de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative ainsi que du sport" ;
- étudie "les évolutions du système d'acteurs de l'éducation populaire et de leurs démarches" ;
- réalise "ou contribue à la réalisation, à la demande du Premier ministre, de travaux d'études ou d'évaluation liés à la politique interministérielle de jeunesse" ;
- effectue, "à la demande du ministre chargé de la jeunesse, seul ou en partenariat avec toute personne morale de droit public ou de droit privé, des activités spécifiques d'observation ou d'expertise d'actions publiques en faveur des jeunes" ;
- "assure l'animation du fonds d'expérimentation pour la jeunesse".

Selon les termes du même décret, l’INJEP "constitue également un pôle de ressources et d'expertise pour les acteurs de jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative, pour les assemblées parlementaires et les instances de représentation de la société civile".

L’institut comprend désormais cinq missions :

- une mission chargée des études, de l'observation et des statistiques ;
- une mission chargée de l'observation et de l'évaluation ;
- une mission chargée de la valorisation et de la diffusion ;
- une mission chargée de la documentation et de la gestion d'un centre de ressources ;
- une mission chargée de l'animation du fonds d'expérimentation pour la jeunesse.

La transformation du statut de l’INJEP prend effet le 1er janvier 2016. Elle s’accompagne par ailleurs d’une modification de l’organisation de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA), dont les conditions sont fixées dans un arrêté paru le même jour.

 

 

Les points essentiels de la réforme (vidéo)

Carte de voeux INJEP 2016 from Webmestre Injep on Vimeo.

Contenus associés

03 Décembre 2018
-
Texte législatif ou règlementaire

Ouverture de concours CEPJ pour 2019

L'arrêté du 30 novembre 2018 autorise au titre de l'année 2019 l'ouverture de concours externe, interne et du troisième concours pour le recrutement de conseillers d'éducation populaire et de jeunesse. Est autorisée, l'ouverture de concours externe, interne et du troisième concours pour le...
20 Novembre 2018
-
Enquête ou sondage

Les associations : état des lieux et évolutions – Vers quel secteur associatif demain ? Poids, ressources, bénévolat, emploi salarié, profil des dirigeants

Nombre croissant des petites associations, concentration des grandes structures, baisse des financements publics, autant d’éléments qui permettent de suivre l’évolution du secteur associatif entre 2011 et 2017 dans cette brochure qui présente les principaux chiffres du secteur. L'INJEP est...
20 Novembre 2018
-
Texte législatif ou règlementaire

Approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine relatif à la mobilité des jeunes

La Loi n° 2018-1001 du 19 novembre 2018 approuve l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine relatif à la mobilité des jeunes. Est autorisée l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Conseil des...
06 Novembre 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

La jeunesse dans tous ses Etats

 Les réponses que peut apporter l'État, par rapport aux manifestations de jeunes, sont donc cruciales au risque de faire émerger une « génération sacrifiée », pouvant également remettre en cause la légitimité des gouvernements et des systèmes démocratiques....