Le haut commissaire à la Jeunesse vise l'autonomie des jeunes

Un objectif : l'autonomie des jeunes. Le moyen : la concertation et l'expérimentation. Ainsi pourrait-on résumer la ligne directrice du haut commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, qui a pesé de tout son poids pour que « la question des jeunes » ne soit pas la grande oubliée du sommet social ayant réuni, mercredi 18 février, le chef de l'État, les têtes de file de son gouvernement, et les principales organisations syndicales.

À cette fin, Martin Hirsch aurait amplement consulté les responsables des organisations patronales et syndicales, ainsi que les représentants des régions et du monde associatif. L'objectif annoncé de ces réunions est la mise en place d'une commission de concertation regroupant des représentants des syndicats patronaux et des salariés, des organisations étudiantes, des missions locales et des collectivités territoriales. Elle aura pour tâche de jeter les bases d'une nouvelle politique de jeunesse dont l'axe fort sera l'autonomie.

 

« Inventer autre chose »

 

Outre le principe d'une prime pour les jeunes chômeurs, le gouvernement regarderait aussi de près, selon le journal Les Échos, la proposition de la CFDT de créer un fonds d'investissement social destiné à alimenter un dispositifs d'accompagnement des jeunes vers l'emploi assorti d'un revenu. Des informations qui font suite aux prises de position de douze députés UMP en faveur d'une "bourse d'autonomie" sous condition de ressources pour les jeunes de 18 à 24 ans, étudiants ou non, dans une tribune du quotidien Le Monde (11 février). Toutes témoignent qu'au moins deux idées fortes gagnent du terrain au sein de la majorité. La première consiste à penser que l'autonomie des jeunes est un enjeu majeur de cohésion sociale et qu'elle ne relève pas seulement de la responsabilité des familles et de l'école, mais aussi de l'ensemble des acteurs du jeu social. La seconde tend à dire que ladite autonomie passe par la sécurisation des parcours et la continuité dans la prise en charge des moins de 25 ans et, si nécessaire, par la création d'un revenu pour les jeunes exclus du RSA.

Mardi 17 février, au cours d'une audition diffusée sur la chaîne Public Sénat, devant la commission des Affaires culturelles du Sénat, Martin Hirsch a jugé que la question des revenus des jeunes était un « sujet nodal ». Il a estimé qu'il ne fallait pas transposer le RMI, ni le RSA, mais inventer « autre chose, en mettant chacun devant ses responsabilités ». « Essayons de ne pas laisser un jeune sans emploi, sans formation et sans ressources », a-t-il résumé.

 

Orientation et prérecrutement

 

Parmi les pistes étudiées Martin Hirsch s'est dit favorable à un système de prérecrutement par lequel les entreprises s'engageraient à former les jeunes durant un an contre un engagement de ceux-ci à rester au moins trois ans dans la branche.

 

Orientation et information des jeunes

 

 

L'Injep apporte son expertise dans les territoires

 

L'Injep a réalisé cinq études sur le thème de l'orientation etde lnformation des jeunes : en Seine-St-Denis, en Savoie, en Ardèche, enCharente Maritime, dans l'agglomération d'Angoulême.

- Le résumé et le rapport de l'étude réalisée en Savoieavec Vérès consultants et en partenariat avec le conseil général :- Pratiques et usages des jeunes en matière d'information/ Résultats d'une étude réalisée en Seine-Saint-Denis- Orientation : quelles stratégies d'information pour les jeunes ?

 

Contenus associés

05 Juillet 2018

Adolescence en exil : les parcours pluriels et singuliers des mineurs non accompagnés - Récits, réflexions et pratiques autour d'une situation paradoxale [Dossier]

Le dossier s'attache à retranscrire l'expérience des jeunes mineurs isolés.Il se heurte dans un premier temps à l'espace de langage dans lequel ils s'inscrivent, pour ensuite rencontrer les traumatismes des enfants et faire le récit du parcours géographique réel de ces adolescents.Il traduit enfin...
28 Juin 2018
-
Texte législatif ou règlementaire

Fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire : développement de la vie associative et utilisation de ses crédits déconcentrés

L'instruction n° 2018-075 du 15-5-2018 sur le Fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire traite du développement de la vie associative et de l'utilisation de ses crédits déconcentrés. Placé auprès du ministre chargé de la vie associative, le nouveau FDVA se caractérise par : -...