Participation, engagement, citoyenneté

Engagement, volontariat

Jean-Claude Richez, coordonnateur de la mission Observation et évaluation à l'INJEP

« La seule limite à la dynamique du volontariat est le budget alloué aux dispositifs »

Volontariat : une notion qui divise l'Europe
« La notion de volontariat divise l'Europe. Certains pays ont fait le choix de mettre en place des dispositifs de volontariat formel impulsé par l'État, comme en France, en Italie, en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique. Les Suédois, sous l'impact du développement européen, ont redéfini leur conception du volontariat et ont scindé leur interprétation en plusieurs parties. Ils distinguent ainsi une activité volontaire à plein temps, sans autre activité, et une activité volontaire ponctuelle jumelée à une activité professionnelle par ailleurs. Dès lors qu'il s'agit d'un travail volontaire, cela pose le problème de la compensation financière. S'il y a rémunération, ce n'est plus un travail volontaire ; mais s'il n'existe pas de compensation, alors le volontariat est réservé aux riches. Les pays d'Europe du Nord soutiennent ainsi l'idée selon laquelle le volontariat doit être une activité ponctuelle et bénévole ».

Une forte dynamique à l'épreuve budgétaire

« Le volontariat, tel qu'il est proposé en France, est absolument plébiscité. De même, l'Allemagne compte 40 000 volontaires chaque année. La seule limite à cette dynamique est le budget alloué aux dispositifs de volontariat, ce qui constitue une véritable difficulté. Il est plus facile d'être volontaire lorsque l'on vient des classes moyennes ou privilégiées que lorsque l'on a grandi dans un milieu défavorisé. C'est la raison pour laquelle l'accompagnement, déjà évoqué à de nombreuses reprises (…), est effectivement essentiel. Aujourd'hui, la plupart des services civiques privilégient l'aspect national, avec une minorité de volontaires à l'international ».

Une forte adhésion associative

« Une enquête réalisée récemment en France démontre que 30 % des jeunes adhèrent à une association, dont 20 % y exercent une activité bénévole. Ce chiffre est supérieur à la moyenne des autres classes d'âge, hormis celle des 50-65 ans. Il est de 35 % en Suède, mais est en baisse, ce qui laisse supposer une baisse significative de l'engagement des jeunes. Si l'on prend aussi l'exemple de l'Afev, Association de la fondation étudiante pour la ville, entre 5 000 et 8 000 étudiants sont mobilisés chaque année. Ils n'ont pourtant jamais réussi à faire de ceux-ci des membres de l'association, ce qui ne permet pas de les prendre en compte sur le plan statistique ».

Éducation et citoyenneté

« Dans le cadre du programme européen « Jeunesse en action », la limite est avant tout financière, pour le SVE comme pour d'autres actions. Pour autant, le programme lié à la participation des jeunes et à leur insertion dans la vie de la cité est en déficit chronique par rapport au nombre d'offres. Rien n'interdit à une collectivité ou une association de développer du service civique pour développer l'initiative de jeunes. Les villes ont tout à fait la possibilité d'agir dans ce sens en répondant aux critères du service civique ; c'est même une solution idéale. Toute la question est ensuite de savoir si cela participe à l'éducation et à la citoyenneté. La motivation principale des jeunes est d'adhérer à une offre, quelle que soit sa forme, à condition que ce soit un lieu d'expérience sociale reconnu et valorisé, permettant de faciliter leur insertion. En Allemagne, cette démarche se produit au début du cursus scolaire alors qu'il s'agit davantage, en Italie, de donner une conscience de la citoyenneté, en fin d'études, parallèlement au cursus universitaire. Il y a plus de filles que de garçons dans les dispositifs. C'est peut-être aussi une question sur laquelle il faudrait mener une réflexion. »

Contenus associés

03 Octobre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Macron à la Sorbonne : «Chaque étudiant devra parler au moins deux langues en 2024»

Lors deson discours dédié à l'Europe le 26 septembre dernier, le Président a déclaré que «chaque étudiant devra parler au moins deux langues européennes d’ici à 2024.» avant d’assurer que d’ici à cette date, «la moitié d’une classe d’âge doit avoir passé, avant ses 25 au moins, 6 mois au moins dans...
02 Octobre 2017
-
Note de synthèse

Youth Employment Initiative

L’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) constitue l'une des principales ressources financières de l'UE pour mettre en œuvre les dispositifs de la garantie pour la jeunesse. Elle a été lancée afin d’aider les jeunes sans emploi, ne suivant ni enseignement ni formation (NEET), vivant dans des...
28 Septembre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

Des livres pour éduquer les citoyens : Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881)

Les débuts des années 1860 en France ont été marqués par l'éclosion de nombreuses bibliothèques populaires. Des hommes, notables souvent, laïques, protestants, ont appliqué un certain nombre des idées philanthropiques développées après 1848, pensant, comme Jean Macé, que la bibliothèque permettait...