La place des jeunes, thématique centrale des prochaines rencontres Neujpro

Neujpro 2012

En partenariat avec l’INJEP, l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej) et le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’ éducation populaire (Cnajep), le conseil général de l’Allier organise les 10, 11 et 12 octobre 2012, les onzièmes rencontres Neujpro des professionnels de jeunesse à Vichy. Fil rouge de ce rendez-vous incontournable des professionnels et des élus en charge des politiques de jeunesse : la place des jeunes au sens le plus large du terme. Pour Bernard Pozzoli, vice-président du conseil général en charge de la jeunesse et principal initiateur de cet événement, cette occasion unique de produire connaissances et expertises bénéficie également au territoire.

Neujpro, la rencontre des professionnels et des élus de jeunesse, fête ses 11 ans et entre dans l’adolescence. Après toutes ces années quel bilan tirez-vous de cette manifestation dont le conseil général de l’Allier est le principal initiateur  ?

J’en tire un bilan tout à fait positif. L’engouement pour Neujpro de la part des professionnels et des élus de la jeunesse ne se dément pas, puisque la fréquentation est chaque année en hausse, dépassant désormais les 400 participants. En tant que vice-président chargé de la jeunesse, je me félicite que le conseil général de l’Allier soit à l’initiative d’une plate-forme unique en France de réflexion sur les politiques publique de jeunesse qui associe à notre collectivité des partenaires incontournables comme l’INJEP, le Cnajep ou encore l’Anacej. La qualité des interventions, des tables-rondes, des débats et des échanges de pratiques font que désormais Neujpro est attendu. Outre qu’elles participent à la qualification des professionnels et des élus sur le territoire national, ces rencontres contribuent à créer une dynamique forte sur le plan local, nous amenant à nous poser les questions pertinentes pour améliorer les politiques publiques de jeunesse dans le département à la lumière des enjeux qui sont les nôtres. L’usage croissant des nouvelles technologies pour mieux toucher ce public, les dispositifs d’aide à l’autonomie et à la mobilité que nous avons mis en place, ainsi que la création du Festival Magma 03, reflet du bouillonnement artistique et culturel de la jeunesse de l’Allier… sont autant d’exemples concrets des apports de Neujpro sur le sens que nous donnons à notre action pour les moins de 30 ans. Aujourd’hui la jeunesse est une priorité de notre collectivité. Bien sûr Neujpro y est pour beaucoup !

La thématique centrale de Neujpro cette année est dédiée à la place des jeunes au sens large, place dans les politiques éducatives, place dans le monde du travail, dans l’espace public… Pourquoi ce choix ?

Le conseil général et ses partenaires ont estimé qu’il fallait donner un fil rouge à ces journées, afin que les interventions et les échanges puissent gagner en profondeur. Par ailleurs, évoquer la question de la place des jeunes revient à nous interroger sur l’espace réservé aux plus jeunes non seulement dans nos sociétés, mais aussi dans les politiques publiques qui leur sont destinées. Pouvons-nous continuer à laisser les jeunes en marge de l’emploi, des instances de représentation politique et nous étonner qu’ils ne comprennent pas la société ? Pouvons-nous continuer à empiler des politiques destinées aux jeunes dans les domaines de l’emploi, de la participation politique, des loisirs, de la mobilité, de l’autonomie ou des politiques éducatives, en les associant si peu à leur définition et nous étonner d’en voir échouer un bon nombre ? Pour l’élu local que je suis, la question de la place des jeunes dans un territoire, où se mêlent la dominante rurale et la désindustrialisation du bassin d’emploi, dépasse le bien être et l’épanouissement des jeunes ; elle engage le développement et l’avenir du territoire. Si les jeunes des zones rurales de l’Allier abandonnent leurs études ou quittent le territoire pour les poursuivre, parce qu’il n’y a pas à proximité des structures d’enseignement supérieur, nous partons perdants dans la course au développement territorial. C’est pourquoi un des axes d’action du conseil général est la création et le renforcement des IUT et UFR. Mais il ne suffit pas de favoriser la création de structures universitaires de proximité pour contribuer à attirer et à fixer les jeunes dans le territoire, il faut aussi faire en sorte que ces personnes qualifiées y trouvent de quoi s’épanouir socialement et professionnellement. Cela nécessite de faire le lien entre les universités et le comité d’expansion économique de l’Allier, de développer les transports, de stimuler la vie culturelle et sportive… Bref, de penser le jeune dans sa globalité et de raisonner en termes de parcours.

Comment réagissez-vous à l’appel de certaines associations de jeunesse pour un « big-bang » des politiques de jeunesse ? Elles mettent en cause plus de 30 ans de politiques de jeunesse basées sur des mesures spécifiques, l’allongement de la scolarité et la détérioration des conditions d’accès à l’emploi et à l’autonomie.

Je partage l’analyse des signataires de cet appel en faveur d’un retour des jeunes au droit commun. Il faut qu’ils aient des droits et des devoirs comme n’importe quel citoyen. Ceci implique un accès aux minimas sociaux pour les 18-25 ans. Je reste néanmoins convaincu de la nécessité de mettre en œuvre des politiques publiques dédiées à cette catégorie de la population. On ne retire pas de droits aux personnes âgées parce qu’on mène des politiques publiques particulières pour cette tranche d’âge. J’ai la même position pour les jeunes. Penser la place des jeunes, c’est aussi dépasser les approches « loisirs » ou « insertion sociale » et envisager le jeune dans sa globalité, imaginer son parcours dans un cadre élargi à l’ensemble de l’action publique. Mais si on veut vraiment que les jeunes retrouvent les chemins de l’espoir que beaucoup ont perdu alors qu’ils sont au début de leur vie, il faut aussi que nous, personnels politiques laissions plus d’espace à ceux qui souhaitent investir le débat public. C’est cela aussi le sens du thème que nous avons choisi : gageons que les élus en charge des politiques de jeunesse présent au prochain Neujpro comprendront ce message et sauront le partager.

 

[bloc class="infobloc" title="En savoir plus"]

 

Historique et objectifs de Neujpro
Débat sur l’avenir des dispositifs de jeunesse dans les territoires
Destin de génération : qu’est-ce qui a changé en 10 ans pour les jeunes ?

Neujpro 2011, retour sur l’événement (vidéo)

[/bloc]

 

 

 

 

 

 

post-scriptum

Contenus associés

17 Octobre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

La confiance des Français dans les associations est stable depuis 10 ans

"Le comité de la charte du don en confiance, chargé d’évaluer l’éthique des associations et fondations faisant appel à la générosité du public, réalise chaque année un baromètre sur la confiance des Français. Pour ses dix ans, celui-ci dresse un bilan global de l’évolution de la confiance des...
25 Septembre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Décret du 18 septembre 2017 relatif au statut particulier des conseillers techniques et pédagogiques supérieurs

  Le décret n° 2017-1352 du 18 septembre 2017 modifiant le décret n° 2004-272 du 24 mars 2004 traite du statut particulier des conseillers techniques et pédagogiques supérieurs. Il procède à la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunérations et à l'avenir...
25 Septembre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Projet de loi de finances pour 2018 : élaboration des projets annuels de performance - intégration du grand plan d'investissement

Le projet de loi de finances pour 2018 élabore les projets annuels de performance qui s'intégrent dans le Grand plan d'investissement. Cette circulaire complète la circulaire du 25 juillet 2017 relative aux projets annuels de performance (P AP). Le Grand plan d'investissement (GPI) de 50 Md€ annoncé...