Etudes et recherche

La place accrue des revues de littérature

Les revues de littérature sont appelées à prendre une place croissante dans la collection des rapports de l’INJEP. Conçues au départ comme un moyen de capitalisation parmi d’autres, dans le cadre des missions de synthèse et de diffusion des connaissances dévolues à l’institut, les revues de littérature sont devenues aussi des outils au service des travaux de recherche des personnels. Elles s’imposent par ailleurs comme un support de plus en plus intégré dans sa stratégie partenariale. 

Déjà engagée depuis plusieurs années, la production de revues de littérature prend une place croissante au sein de la Mission observation, évaluation (MOE), entre autre, dans le cadre d’un partenariat avec la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF).

Une revue de littérature est un genre à part des productions scientifiques qui ambitionne de résumer l’état de l’art ou de la connaissance dans un domaine ou un territoire. Elle est donc logiquement réalisée par des spécialistes ayant préalablement réunis les sources aussi complètes que possible avant problématisation de leur objet de recherche. Pas forcément exhaustives, ces revues de littératures permettent néanmoins aux lecteurs d’accéder  aux principales références du sujet traité, mais aussi de se doter de premiers éléments réflexifs et commentaires scientifiques qui tissent la toile de fond d’une problématisation rigoureuse. Autrement dit : la compilation ne s’envisage ici que dans un exercice d’articulation et d’argumentation donnant du sens aux sources mobilisées.

Une méthodologie de travail

« Au départ, ces revues de littérature s’inscrivent pleinement dans les missions de synthèse et de capitalisation des connaissances, dévolues à l’INJEP, dans l’objectif de documenter un objet particulier mais aussi de constituer un matériau mobilisable par les  acteurs des politiques publiques de jeunesse », relate Joaquim Timoteo, chef de la Mission Observation et Evaluation. Mais, chemin faisant, la programmation de revues de littérature s’est intégrée dans la méthodologie de travail courante. Elle est devenue un outil privilégié des chargés d’études et de recherche afin de défricher les problématiques pour le compte de leurs propres travaux. Car ce n’est pas la moindre qualité des revues de littérature que de pointer, au-delà des constats de connaissances, les champs inexplorés, les angles morts, les impensés… là où il faut creuser pour compléter l’état de la recherche.

Joaquim Timoteo y voit donc un outil méthodologique permettant à son équipe de construire les problématiques de recherche originales et innovantes,  d’alimenter le programme de travail, ou d’amorcer la réflexion collective dans le cadre de partenariats avec d’autres laboratoires publics, des associations, des services de l’Etat et territoriaux. Ainsi la revue de littérature sur le rapport des jeunes au travail a posé la base des réflexions  d’un groupe de travail réunissant l’INJEP et plusieurs partenaires universitaires. Dans un autre registre, la revue de littérature sur les jeunes ruraux a constitué une des premières productions d’un ensemble de travaux sur la dimension territoriale et conduit au lancement d’une étude en cours sur les jeunes filles des campagnes, sujet pour ainsi dire absent des champs de la recherche en matière de jeunesse.

Jeter les bases d’un constat partagé avec les partenaires

Poursuivie dans un objectif initial de remplir les missions, la volonté de produire des revues de littérature procède désormais d’un double effet : effet de méthode pour désigner les pistes de recherche et jeter les bases du programme de travail pour les années qui viennent. Effet d’opportunité car ces revues de littérature permettent de construire des partenariats autour de constats partagés. C’est le cas notamment de celui entamé avec la CNAFdans le cadre de sa stratégie Jeunesse.et de sa réflexion sur les publics adolescents. Après un premier opus autour de la socialisation numérique des adolescents, plusieurs revues de littérature sont ainsi programmées dans le cadre du partenariat avec la CNAF : famille, Bafa, non recours aux droits, radicalisation… Les revues de littérature de l’INJEP se présentent dans un format de moins de 100 pages, répondant aux normes de la charte graphique des rapports produits par l’institut. Bientôt elles bénéficieront d’une lisibilité propre au sein de cette collection.

 

En savoir +

Socialisation adolescente et usages du numérique

La mobilité internationale des jeunes dans un cadre non formel - Revue de littérature

La mobilité internationale des jeunes dans un cadre non formel - Revue de littérature

Le(s) rapport(s) des jeunes au travail. Revue de littérature (2006-2016)

Que sait-on des jeunes ruraux ?

 

 

 

Contenus associés

30 Juin 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Devant le COJ, Jean-Michel Blanquer esquisse les contours de sa politique Jeunesse

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, prononçait ce 29 juin son premier discours au titre de ses attributions "jeunesse et vie associative", devant le Conseil d'orientation des politiques de jeunesse qui se réunissait pour la deuxième fois depuis sa récente création....