Éducation, formation orientation

La Journée du refus de l’échec scolaire placée sous le signe des alliances éducatives

La huitième édition de la Journée du refus de l’échec scolaire organisée par l’AFEV met l’accent sur la question des alliances éducatives. Pour alimenter les débats : elle rendra publique une enquête exclusive menée auprès de quelque 600 collèges des quartiers populaires.  

 

Les « alliances éducatives » sont au cœur de la huitième édition de la Journée du refus de l’échec scolaire (JRES) organisée le 23 septembre 2015 par l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV), en partenariat avec Trajectoire-Reflex et une trentaine d’organisations dont l’INJEP. La journée nationale du refus de l’échec scolaire propose de croiser les regards des jeunes, parents, chercheurs, enseignants, acteurs éducatifs à travers des événements (rencontres-débats, temps d’échanges dans les collèges...) qui auront lieu partout en France.

À L’Archipel  (Paris) se tiendra un grand débat animé par Emmanuel Davidenkoff, en partenariat avec l’Agence nationale de lutte contre l’ illettrisme (ANLCI), l’INJEP, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), les Cahiers Pédagogiques, l’ Association nationale des directeurs de l’éducation des villes (ANDEV), Aide et Action, ATD Quart Monde, Défense des  enfants international – France (DEI-France, la Fédération des conseils des parents d’élèves (FCPE), l’ Union nationale des associations familiales (UNAF), la Fédération nationale des rééducateurs de l’Education nationale (FNAREN), la Fédération nationale des associations de maîtres E  (FNAME)...

Ce débat sera ouvert par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Notons, entre autres, la participation de Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Pierre Ferracci, président du Conseil national éducation-économie, Régis Cortesero, chargé d'études et de recherche à l’INJEP, Latifa Ibn Ziaten de l’Association Imad Ibn Ziaten pour la Jeunesse et la Paix, Jean-Jacques Goron, délégué général de la Fondation BNP Paribas…

L’enjeu des alliances éducatives

Les notions d’éducation partagée et de co-éducation sont inscrites de longue date dans le code de l’éducation. Plus récente est la prise de conscience que pour œuvrer à la réussite de tous les élèves, lutter efficacement contre les inégalités ou encore vaincre le décrochage, l’école à elle seule ne peut pas tout. Cette dernière a besoin de construire des « alliances éducatives » avec ses partenaires (parents, collectivités, associations, monde professionnel).

Comment dès lors faire vivre pleinement ces alliances ? Quels changements sont nécessaires avant d’arriver à une école vraiment ouverte sur ses partenaires et le territoire ? Quels bénéfices pour les élèves ? La 8e Journée du refus de l’échec scolaire entendra ouvrir des pistes de réflexion en croisant les regards d’experts et d’acteurs de terrain.

Une enquête exclusive

La 8e journée du refus de l’échec scolaire s’appuie sur une enquête exclusive auprès de plus de 600 collèges des quartiers populaires. Cette grande enquête réalisée par Trajectoires-Reflex, en partenariat avec  l’UNAF, s’intéresse à la perception des collégiens en éducation prioritaire de leur collège : lieu de transmission des savoirs ? de socialisation ? d’apprentissage de la citoyenneté ? Elle leur permet de s’exprimer à froid sur les événements de janvier, et de livrer leur conception de la laïcité et de la citoyenneté, leur sentiment d’appartenance, leur rapport à leur collège et aux enseignants… Emerge, en creux, un portrait des collégiens des quartiers populaires d’aujourd’hui surprenant et nuancé.

La Journée du refus de l’échec scolaire est soutenue par de nombreux acteurs de premier plan. En sont les parrains Thierry Marx et Eric Debarbieux, respectivement chef cuisinier étoilé, lauréat de La France s’engage pour son projet « Cuisine / Boulangerie Mode d’Emploi(s) »  et délégué ministériel chargé de la prévention des violences scolaires.

Les résultats de l'enquête seront communiqués, analysés et discutés à l’occasion du débat public le 23 septembre 2015 et révélés sur le site :  www.refusechecscolaire.org

Contenus associés

12 Juin 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Étude sur l’impact d’internet et des médias sociaux sur la participation des jeunes et le travail de jeunesse

"Ce résumé exécutif synthétise brièvement les principales conclusions d'une étude qui explore comment Internet et les médias sociaux influencent la citoyenneté active des jeunes et leur participation aux sphères publiques des sociétés démocratiques et, aussi, comment ceux qui travaillent avec eux,...
02 Mai 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

Zadig après l'école : pourquoi les décrocheurs scolaires raccrochent-ils ?

La lutte contre le décrochage scolaire appelle une forte mobilisation d'acteurs oeuvrant dans différents champs : l'école, la prévention spécialisée, la mission locale, l'animation socio-culturelle, etc. Les moyens mis en oeuvre sont à la hauteur des enjeux politiques et économiques du problème....
23 Avril 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

L'éducation non formelle : chance ou défi pour le travail de jeunesse ? : conclusions des journées d'étude franco-allemandes

En collaboration avec l’INJEP (Institut National pour la Jeunesse et l’Éducation populaire) et le DJI (Deutsches Jugendinstitut, Institut allemand pour la Jeunesse), deux Journées d’étude franco-allemandes ont été organisées avec pour objectif d’offrir une plateforme d’échange aux acteurs du travail...
09 Avril 2018
-
Article de presse / Revue de presse

L'engagement : "Qu'est-ce que tu fous là ? [Dossier]

Les auteurs reviennent dans le numéro sur le sens de l'engagement de son point de départ : une simple poignée de main à son sens plus élevé du militantisme avec Jacques Ion. Il reste que deux parties structurent ce dossier issu d'une démarche réflexive sur le travail social : l'une relevant de...
04 Avril 2018
-
Interview

Expérimentations : focus sur les territoires ultramarins

Interview de Malika Kacimi, cheffe de la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ)

Cinq appels à projets, 16 expérimentations, des restitutions programmées, plus d’une centaine de projets soutenus, la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ) rend public (ou s’apprête à le faire) de nombreux travaux sur la situation et les conditions de vie des jeunes ultramarins. Au menu : illettrisme, décrochage scolaire, violences faites aux femmes, co-éducation, santé, insertion socio-professionnelle...