Cohésion sociale, famille, solidarité

Discrimination

Harcèlement : des pistes structurantes pour l’action publique.

Le dernier numéro du bulletin Jeunesses : études et synthèses souligne l’importance du repérage en matière de lutte contre le harcèlement scolaire. Les auteurs s’appuient sur plusieurs évaluations d’expérimentations pour proposer des « pistes fortes », structurantes pour l’action publique. 

« Améliorer le climat scolaire  pour lutter contre le harcèlement », tel est le titre du vingt-huitième numéro du bulletin Jeunesses : études et synthèses, édité par l’INJEP et produit par la mission d’animation du Fonds d’expérimentation jeunesse (MAFEJ) de la direction de la jeunesse et de l’éducation populaire (DJEPVA). 

En France, le harcèlement concerne 12% des écoliers et un collégien sur dix, soit 700 000 élèves. Axelle Charpentier, Laëtitia Drean et Youssef Souidi (DJEPVA/MAFEJ), auteurs de ce « quatre pages », s’appuient sur plusieurs évaluations d’expérimentations menées contre le harcèlement pour proposer des « pistes fortes », structurantes pour l’action publique. 

Le FEJ souligne en effet l’importance du repérage et pointe le principal levier d’action : l’amélioration du climat scolaire. Affaire de relation, l’amélioration du climat scolaire passe par une meilleure coopération entre équipes éducatives, la formation des enseignants, et surtout, la médiation scolaire. En effet, l’évaluation du projet « Médiation sociale en milieu scolaire », démontre l’incontestable efficacité de l’adulte médiateur, avec une baisse de près de la moitié des cas de harcèlement signalés par les garçons en 6e. Il semble particulièrement opérant auprès des jeunes les plus vulnérables. 

Dans ce numéro, le FEJ pointe encore l’intérêt des mesures visant à amplifier l’empathie des élèves et leur implication dans la régulation des violences, encourageant, dès le plus jeune âge les compétences pro-sociales et émotives des jeunes. Estime de soi,  persévérance, confiance, capacité à faire émerger des solutions négociées, ou à coopérer ne sont pas les moindres bénéfices de ces actions. 

Tout en contribuant à diminuer les cas de harcèlement, et les souffrances associées, elles permettent aux élèves concernés d’acquérir ces compétences « non cognitives » que les enseignements académiques peinent à développer et dont on sait qu’elles leur seront essentielles au cours de leur vie d’adulte.  

 

En savoir + 

 
Cliquer ici pour  télécharger gratuitement le numéro en format PDF 

Contenus associés

05 Juillet 2018

Adolescence en exil : les parcours pluriels et singuliers des mineurs non accompagnés - Récits, réflexions et pratiques autour d'une situation paradoxale [Dossier]

Le dossier s'attache à retranscrire l'expérience des jeunes mineurs isolés.Il se heurte dans un premier temps à l'espace de langage dans lequel ils s'inscrivent, pour ensuite rencontrer les traumatismes des enfants et faire le récit du parcours géographique réel de ces adolescents.Il traduit enfin...
28 Juin 2018
-
Texte législatif ou règlementaire

Parité entre les femmes et les hommes parmi les repésentants des lycéens au Conseil supérieur de l'éducation

Le décret n° 2018-526 du 26 juin 2018 concerne la parité entre les femmes et les hommes parmi les représentants des lycéens au Conseil supérieur de l'éducation. Ce décret s'appliquera à compter des élections des représentants des lycéens qui auront lieu en 2019. Il prévoit que les candidats...
12 Juin 2018
-
Enquête ou sondage

Dans les quartiers de la politique de la ville, deux fois plus de jeunes ont quitté l’école et sont sans diplôme

"Dans les grands pôles urbains de Provence-Alpes-Côte d'Azur, 23 % des jeunes de 18 à 24 ans habitant un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ont quitté l’école et sont sans diplôme. Cette situation est deux fois moins fréquente en dehors de ces quartiers (10 %), y compris dans...