Participation, engagement, citoyenneté

Accès aux droits

Interview

Francine Labadie : « La Garantie Jeunes : une mesure pour certains, une garantie pour tous »

Innovante et expérimentale, la Garantie Jeunes repose sur un pari : l’accès à une première expérience professionnelle peut être garanti en offrant un accompagnement renforcé aux jeunes ayant quitté le système éducatif, ni en emploi, ni en éducation, ni en formation et en renouvelant les pratiques de recrutement et d’intégration dans l’entreprise.

Francine Labadie a participé au groupe de travail ayant donné naissance à la Garantie Jeunes. Chargée d’études et de recherche, cheffe de projet Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse à l’Injep, elle a participé à l’élaboration de plusieurs rapports influents sur les politiques publiques de jeunesse : « Jeunesse, le devoir d’avenir » (Dominique Charvet), « Pour une autonomie responsable et solidaire : rapport au Premier ministre » ( Jean-Baptiste de Foucauld, Nicole Roth)…

Quelle est l’originalité de la Garantie Jeunes ?

Francine Labadie : L’objectif politique de cette mesure est d’amener les jeunes de 18-25 ans, inactifs souvent peu qualifiés et en grande précarité, vers l’autonomie et de construire avec eux un parcours personnalisé visant leur insertion socio-professionnelle. La Garantie Jeunes est une réponse novatrice dans le sens où elle consiste à la fois en une mesure pour l’emploi visant la sécurisation du parcours d’insertion professionnelle, à travers une démarche de « médiation active » et en une garantie de ressources en appui à l’engagement de ces jeunes dans un parcours dynamique. Sur le plan conceptuel, on reste dans l’horizon intellectuel du rapport Charvet (Jeunesse, le devoir d’avenir), dont l’une des préconisations phare était, je le rappelle, de rendre effectif le droit à une première expérience professionnelle pour tous les jeunes.

L’innovation majeure tient dans la méthode d’accompagnement préconisée qui entend renouveler les pratiques d’accompagnement des missions locales. Nous savons que l’expérience professionnelle est une source d’apprentissages en soi. Les professionnels de l’accompagnement, notamment en mission locale, vont travailler davantage sur les compétences du jeune que sur son CV, en particulier les compétences transversales et les savoir-être. Dans le même temps, ils vont, en tant que conseils auprès des entreprises, travailler au plus près à l’appariement entre les besoins de ces dernières et les capacités et potentialités des jeunes concernés. Ceci implique la conception d’un plan de formation ambitieux des professionnels des missions locales oeuvrant dans les dix territoires sélectionnés. Cela pousse également les employeurs à réfléchir sur ce que le jeune va apporter et, par voie de conséquence, à la place et à l’intégration des jeunes dans l’entreprise.

La Garantie Jeunes est-elle une mesure systémique ou spécifique ?

Francine Labadie : Je serais tentée de dire : les deux ! Elle s’intègre parmi les mesures du plan gouvernemental Priorité Jeunesse dont je ne détaillerai pas toutes les dispositions, mais qui vise les jeunes dans leur diversité, quelles que soient leurs situations. La Garantie Jeunes touche principalement les catégories de populations les plus vulnérables : les Neets, c’est-à-dire ceux qui ne sont ni en emploi, ni dans un cycle d’études, ni en formation.. En cela il s’agit d’une mesure pour certains. Mais il s’agit aussi d’une garantie pour tous. En effet la garantie jeunes vise aussi, au-delà des NEETs, des jeunes qui sont exposés à un risque de rupture à un moment de leur parcours d’insertion socio-professionnelle. Ce que je trouve intéressant dans cette Garantie Jeunes c’est qu’elle dépasse les querelles d’exégètes sur les politiques publiques de jeunesse, entre les partisans de mesures spécifiques et ceux des approches universelles, à travers sa philosophie d’action et ses méthodes novatrices.

L’ambition forte de transformer les modes de l’accompagnement actuel dans les sphères d’insertion, ne risque-t-elle pas d’occulter l’objectif initial de garantir un premier emploi aux jeunes, et notamment ceux en difficulté d’insertion professionnelle ?

Francine Labadie : Le pari c’est que si on transforme l’accompagnement dans le parcours d’insertion et si on modifie les manières de faire et de penser le recrutement et l’intégration du jeune du côté de l’entreprise on sera en mesure de sécuriser les parcours d’insertion de jeunes de faible niveau de qualification et en risque d’exclusion. C’est une réponse visant l’effectivité du droit à l’emploi. [1]

La volonté politique de poser les conditions de la construction et de la réalisation du parcours est au cœur d’une autre novation, celle qui porte sur la ressource. On sait que, parvenu à un certain seuil d’exclusion, l’insertion socio-professionnelle devient très difficile. Par conséquent, on attribue une allocation en contrepartie des efforts ré-alisés par le jeune pour se former et s’insérer. Le contrat proposé au jeune repose sur sa libre adhésion, son engagement pourra cependant évoluer et s’ajuster en fonction du parcours. Réciproquement, le conseiller de mission locale s’engage à organiser un accompagnement continu, sans rupture, enchainant les actes nécessaires à l’accès à l’emploi . Il s’agit donc d’une allocation en appui au parcours L’allocation doit permettre au jeune en situation de grande exclusion de bénéficier de conditions matérielles lui permettant d’entamer et poursuivre la construction de son parcours.

Quelles sont les facteurs limitants de cette mesure ?

Francine Labadie : Indéniablement le contexte économique, la reprise qui tarde à venir : on sait combien la crise pèse sur l’embauche. Les employeurs rechignent à recruter dans un contexte d’incertitude. Pour l’heure, on est seulement dans le cadre d’une expérimentation. La méthode privilégiée est d’amener les recruteurs à appréhender les jeunes visés en misant sur leurs compétences, et leurs capacités à les développer, quand bien même ils ont échoué à l’école et n’ont pas de diplôme. Elle est lancée dans des projets de territoires où des partenariats forts existent entre les entreprises et les acteurs de l’insertion, avec l’idée qu’il faut jouer des synergies et solliciter tous les acteurs dans leurs différentes dimensions pour réussir des insertions individualisées.

N’est-ce pas faire preuve de naïveté que de croire que les jeunes sont tous dotés des compétences mobilisables pour leur insertion socio-professionnelle ?

Francine Labadie : Ce n’est pas une lecture naïve, c’est une lecture optimiste ! Elle consiste à dire que les jeunes ont tous des compétences, même s’ils sont en grande difficulté sociale. On reste dans l’accompagnement global, mais on renforce le travail de remobilisation sociale, et surtout la valorisation et la mise au jour de ces compétences. Encore une fois, il s’agit d’une expérimentation. Elle repose sur une hypothèse qu’il faut mettre à l’épreuve sur le terrain. J’observe un changement de paradigme intéressant : jusqu’à présent les professionnels établissaient un diagnostic de la situation des jeunes et regardaient si, en face, il y avait des réponses sous formes de dispositifs. Ici la logique c’est de jouer sur les leviers, les activateurs de parcours, de comprendre comment les dynamiques de construction se mettent en place ainsi que les conditions qui permettraient à ces parcours de se stabiliser.

Consulter le dossier : "Garantie Jeunes "

Les rapports

  1. Garantie jeune : synthèse des travaux du groupe

Présidé par Emmanuelle Wargon (Dgefp) et Marc Gurgand (Cnrs), mai 2013, mis en ligne en juin 2013, 20 p. Remis au Premier ministre le 5 juin dernier, ce rapport fixe les modalités de mise en œuvre du futur dispositif "Garantie jeunes". Inscrit à la fois dans le cadre de la mise en œuvre du plan contre la pauvreté et des 47 mesures afférentes au plan "Priorité Jeunesse", cette mesure s’adresse avant tout aux jeunes qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni en emploi (Neet).
Lire le document sur le www.gouvernement.fr

  1. Conseil des ministres européens de l’emploi et des affaires sociales, 28 février 2013

Le 28 février 2013, le Conseil des ministres européens de l’Emploi et des Affaires sociales a adopté la "Garantie pour la jeunesse", recommandation du Conseil présentée par la Commission européenne le 5 décembre 2012 et réfléchissent au moyen de renforcer l’Europe sociale.
Le document recommande aux États membres que "tous les jeunes de moins de 25 ans devraient pouvoir bénéficier d’une formation permanente, d’un stage ou d’un contrat d’apprentissage, dans les quatre mois suivant leur sortie de l’enseignement ou la perte de leur emploi".
Télécharger la recommandation
Télécharger le communiqué de presse sur www.consilium.europa.e
En savoir plus sur www.europaforum.public.lu

Les textes officiels

  1. Garantie jeunes

Le décret n° 2013-880 du 1er octobre 2013 prévoit l’expérimentation, jusqu’au 31 décembre 2015, d’un dispositif baptisé « garantie jeunes », dont l’objet est d’amener les jeunes en situation de grande précarité vers l’autonomie par l’organisation d’un parcours d’accompagnement global, social et professionnel, vers et dans l’emploi ou la formation.
Lire le décret n° 2013-880 du 1er octobre 2013

  1. Garantie jeunes - territoires concernés

L’arrêté du 1er octobre 2013 fixe la liste des territoires concernés par l’expérimentation de la garantie jeunes.
Lire l’arrêté du 1er octobre 2013

Revue de presse par le centre de ressources de l’Injep

Toutes les références sont consultables au centre de ressources de l’Injep : plus d’informations

PRESSE SPÉCIALISÉE

  1. Un décret et un arrêté mettent en place l’expérimentation de la "garantie jeunes" / Site Localtis, 7 octobre 2013
    Sur www.localtis.info
  1. Un fonds européen pour l’emploi des jeunes : proposition pour une initiative / HARFI, Mohamed ; DELPECH, Quentin. / NOTE D’ANALYSE (CGSP), 2013, n° 1, juin. - 11 p.
    Sur www.strategie.gouv.fr

  2. Garantie jeunes : un rapport propose un "mode d’emploi" / ACTUALITÉS SOCIALES HEBDOMADAIRES, 2013, n° 2814, juin. - pp. 11-12

  3. Propositions (Les) de l’UNML pour la mise en place de la "garantie jeune" INFO HEBDO UNML, 2013, n° 117, mai. - p. 1
    Sur www.unml.info

  1. Ministres (Les) européens de l’emploi donnent leur feu vert à la mise en place d’une "garantie pour la jeunesse" / ACTUALITÉS SOCIALES HEBDOMADAIRES, 2013, n° 2800, mars. - p. 12

  2. Garantie pour la jeunesse : les eurodéputés pressent les ministres européens de s’accorder / ACTUALITÉS SOCIALES HEBDOMADAIRES, 2013, n° 2794, janvier. - p. 8

  3. Conférence (La) nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. / INFO HEBDO UNML, 2013, n° 102, janvier. - pp. 2-3
    Sur www.unml.info

  4. Union (L’) européenne plaide pour une "garantie jeunesse" dans tous les États membres / ACTUALITÉS SOCIALES HEBDOMADAIRES, 2012, n° 2787, décembre. - p. 15

PRESSE GÉNÉRALISTE

  1. Une garantie pour les jeunes exclus - Libération, 24/09/2013 Expérimenté en octobre, un nouveau dispositif vise à accorder, d’ici à la fin de l’année, l’équivalent du RSA à 10 000 chômeurs de moins de 25 ans, en échange d’une meilleure implication.
    Sur www.liberation.fr

  1. Le gouvernement lance une sorte de RSA pour jeunes décrocheurs - Le Figaro, 01/10/2013, Cécile Crouzel
    Sur www.lefigaro.fr

  1. Pas moins de quatre dispositifs coûteux à disposition des 18-25 ans - Le Figaro, 01/10/2013, Cécile Crouzel
  1. Emploi : un jeune sur trois subventionné par l’État - Le Figaro, 01/10/2013, Marc Landré
    Sur www.lefigaro.fr

  1. Une « garantie jeunes » sans beaucoup de garanties… - L’Humanité, 02/10/2013, Laurent Mouloud
    Sur www.humanite.fr

Contenus associés

15 Décembre 2017

Départements (Les) acteurs des politiques de jeunesse [Dossier]

Les restriction budgétaires n'ont aujourd'hui pas entamé le volontarisme des départements pour développer une politique territoriale de jeunesse.Les 20 ans de la politique de jeunesse de Savoie, donnent à la revue l'occasion de présenter douze projets qui ont vus le jour à l'échelon départemental...
12 Décembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Agir face au décrochage scolaire : bilan et préconisations du Cnesco

"Le Cnesco publie un dossier de ressources complet sur le décrochage scolaire, suite à l’organisation d’une conférence de comparaisons internationales (9 et 10 novembre 2017) en partenariat avec le Centre international d’études pédagogiques (Ciep) et le Centre de recherche en éducation de Nantes...
12 Décembre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Economie sociale et solidaire : Les propositions de l'UDES pour développer l'emploi des jeunes dans l'ESS

"Lors de son congrès le 7 décembre[dernier], l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire a présenté son "pacte de croissance social et solidaire" pour développer l'ESS et répondre ainsi aux attentes de nombreux jeunes qui souhaitent trouver un emploi dans ce domaine."...
11 Décembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Innovation associative, innovations sociales et technologiques au service des hommes et des territoires

Remis à Christophe Itier, haut-commissaire à l’économie sociale et solidaire et à l’Innovation sociale, le 5 décembre dernier; ce livre blanc a pour objectif de valoriser et de partager la création d'outils technologiques et sociaux à partir d'expériences menées dans le tissu associatif, ici dans...