Participation, engagement, citoyenneté

Engagement, volontariat

4 questions à

Francine Labadie, coordinatrice de la mission observation/évaluation

Interventions, accompagnement méthodologique, conseils… L’expertise de l’INJEP irrigue constamment les champs de la décision politique et du travail de jeunesse. Dressant un bilan de l’année écoulée, Francine Labadie, coordinatrice de la mission observation/évaluation, fait valoir que ces activités constituent un pan essentiel des activités de l’INJEP.

INJEP : On connaît assez bien les formes d’expertise de l’INJEP qui s’expriment à travers les rapports d’étude, le rapport biennal, les différentes collections, les fiches repères… Quelles sont les autres formes que peuvent prendre les expertises de l’INJEP ?

Francine Labadie : Au-delà de la conduite d’études et d’évaluations, ou encore de la réalisation de synthèses, l’activité des chargés d’études et de recherche de l’INJEP consiste pour une grande part dans la production d’expertises et de conseils ou d’accompagnement à destination des administrations d’État, des collectivités territoriales et des fédérations et associations de jeunesse et d’éducation populaire. Ces activités d’expertise se déclinent sous plusieurs formes : conseils, accompagnement méthodologique, interventions, formations, réalisation de dossiers ou rédaction, réalisation de dossiers ou rédactions de notes thématiques, participation à des instances scientifiques, à des comités de pilotage, à des groupes de travail, animation d’ateliers…
Ces travaux d’expertise et d’accompagnement au service de l’action publique ou des projets associatifs témoignent d’une réelle reconnaissance, de la part de nos partenaires comme de notre tutelle, du rôle de l’INJEP comme pôle de référence pour les acteurs de jeunesse et d’éducation populaire. Ce rôle découle d’ailleurs du contrat d’objectifs et de performance 2013-2015 signé avec la tutelle. Il importe par conséquent de lui donner de la visibilité. Ainsi, en 2014, dans le cadre du comité interministériel à la jeunesse (CIJ), plusieurs chargés d’études et de recherche de l’INJEP ont participé aux réunions de chantier organisées par la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) ou encore dans les instances multipartenariales, notamment celle sur la mobilité internationale. Mais l’expertise majeure apportée par l’INJEP/Observatoire pour le CIJ a consisté dans la confection d’un tableau de bord d’indicateurs statistiques pour suivre l’évolution de la situation des jeunes en France. Il s’agit d’une production collective réalisée avec l’aide des services statistiques ministériels, coordonnée par l’Observatoire.
Dans le cadre du Fonds d’expérimentation jeunesse (FEJ), l’expertise de l’INJEP a été sollicitée sur l’élaboration des cahiers des charges et la sélection des projets, notamment dans les domaines des discriminations, de l’éducation populaire ou de la mobilité. L’expertise de l’INJEP a également été mobilisée lors de la sélection de dossiers du Fonds national de développement de la vie associative (FNDVA). Parfois cette expertise se traduit par une implication forte dans la convention de partenariat avec la Chaire jeunesse de l’École des hautes études en santé publique (EHESP), à travers la réalisation d’une journée d’études « Politiques de jeunes et territoires : innover et coopérer ».

INJEP : L’INJEP réalise également des dossiers ou rédige des notes d’expertise pour le compte de missions parlementaires, d’instances consultatives ou représentatives. Quelles sont les réalisations les plus probantes dans ce domaine en 2014. Comment l’INJEP est-il sollicité ? Quelles sont les modalités de réponse ?

Francine Labadie : Effectivement, le Parlement, à travers les commissions spécialisées des deux chambres, sollicite l’INJEP, principalement dans le cadre d’auditions. Mais, en 2014 par exemple, une bibliographie sur la « vie associative » a été élaborée pour le compte de la mission parlementaire relative à la simplification de la vie associative (Y. Blein). Ce dossier a été préparé conjointement par la mission Documentation et la mission Observation/évaluation. Autre exemple d’expertise produite en 2014 : la rédaction d’un article, « Une jeunesse plurielle dans des cadres d’engagement élargis », à la demande du Haut conseil de la vie associative. Du côté des instances représentatives de la démocratie sociale, l’INJEP a été sollicité par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dès la relance, en décembre 2014, des travaux préparatoires à l’avis de suite « Sécuriser les parcours d’insertion des jeunes » (A. Dulin) qui a paru en mars 2015. Là, l’expertise consistait à aider le rapporteur dans l’évaluation de l’avancement des chantiers du plan Priorité jeunesse et, au-delà, dans l’appréciation des réponses apportées aux mesures préconisées dans son premier rapport.

INJEP : L’expertise de l’INJEP prend également la forme de conseils et d’accompagnement méthodologique. Avez-vous en tête un exemple illustrant ce mode d’intervention pour l’année 2014 ?

Francine Labadie : Comme l’INJEP est au service aussi bien des acteurs publics que des acteurs privés, je prendrais deux exemples. Tout d’abord celui du partenariat avec l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV), qui conduit l’INJEP à prodiguer des recommandations stratégiques, des conseils méthodologiques ou, encore, à intervenir dans les instances de gouvernance de l’association sur un sujet donné. Plus concrètement, l’INJEP apporte chaque année une aide méthodologique dans la préparation de l’enquête de l’Observatoire de la jeunesse solidaire, mais il est aussi associé à la conception du Forum des jeunes engagés (FOREJ), manifestation où un ou plusieurs chargés d’études et de recherche vont proposer une communication ou animer un atelier. Ce sont là des expertises régulières mais ponctuelles. Dans un deuxième temps, celui de la coopération avec l’Agence du Service civique (ASC), une contribution plus substantielle est apportée par l’INJEP/Observatoire à travers l’implication d’un chargé d’études et de recherche dans l’évaluation du Service civique, que ce soit pour le lancement de marchés d’études (élaboration de cahiers des charges notamment), le suivi des chantiers d’évaluation, ou encore la capitalisation des connaissances disponibles sur le Service civique et leur valorisation…

INJEP : Quel a été le rôle de l’INJEP dans des instances à caractère scientifique en 2014 ? Je pense notamment à la participation au comité scientifique de l’évaluation de la Garantie jeunes.

Francine Labadie : C’est vrai que cette instance est très représentative de ce type d’expertise particulier qu’est l’évaluation. Si l’INJEP y est associé, c’est qu’on lui reconnaît à la fois un savoir-faire en la matière et une indépendance permettant d’émettre des jugements de valeurs. Ce comité mis en place par le ministère de l’emploi et du travail est chargé de concevoir et de mettre en œuvre un protocole d’évaluation de la Garantie jeunes, ainsi que de suivre les travaux d’évaluation. Concrètement il s’est agi, à ce stade, de contribuer à la réflexion collective sur les dispositifs d’évaluation, d’émettre des avis sur les projets d’études lancés, de sélectionner les prestataires externes retenus.

Contenus associés

20 Octobre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

La condition étudiante à l'épreuve du territoire ?

Être étudiant se vit 24 heures sur 24 heures. L'observation des seuls registres diplômants ou des apprentissages laisse dans l'ombre une part de la complexité du statut étudiant. Afin de participer à la compréhension de cette complexité du quotidien des personnes inscrites dans un établissement de...
20 Octobre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

Politiques sociales et violence symbolique : la situation des "NEET"

Enquête qualitative auprès des NEET. L'idée centrale de cette recherche consistait à considérer que ces personnes pouvaient mobiliser une attitude réflexive sur leur situation et leur trajectoire et que cette analyse pouvait mettre à jour des éléments du « flux de la vie » non pris en compte par la...
17 Octobre 2017
-
Rapports d'étude en ligne

Accès des filles à l’éducation dans le monde : les mauvais élèves.

A l’occasion de la 6e Journée internationale de la fille ce mercredi 11 octobre, l’organisation non gouvernementale ONE a publié la liste des dix pays où les jeunes filles ont le moins accès à l’éducation dans le monde : plus de 130 millions d’entre elles ne vont pas à l’école. Les indicateurs...
06 Octobre 2017
-
Texte législatif ou règlementaire

Financement des formations d'emplois d'avenir, d'actions de tutorat, d'actions de formation

L'arrêté du 22 septembre 2017 fixe pour l'année 2017 les conditions d'utilisation, l'affectation et le montant des crédits pour le financement des formations d'emplois d'avenir, d'actions de tutorat, d'actions de formation dans le cadre d'actions spécifiques de formation dans les établissements et...
04 Octobre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

Flexisécurité : « Les jeunes ont beaucoup plus à attendre de cette réforme que les adultes »

"Pour l’économiste Arnaud Chéron (Directeur du pôle de recherche en économie de l’Edhec Business School), s’exprimant dans une tribune au « Monde », si la souplesse permise aux entreprises augmente la probabilité d’être licencié autant que celle d’être embauché elle pourrait aider les jeunes à...