Modes de vie, sociabilités, pratiques sportives

Sociabilités, sexualités, genre

Conseil économique, social et environnemental, 4/12/2012 - Premières rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse

[DOSSIER] Olivier Toche : « Ces rencontres, marquent la concrétisation des efforts pour constituer auprès de la ministre u

Olivier Toche, Directeur de l’Injep

[DOSSIER]


© Nicolas Thouvenin, INJEP

Olivier Toche voit dans ces rencontres et la publication du rapport l’aboutissement de la transformation de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) en Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse. Membre de l’Inspection générale des affaires sociales, il est directeur de l’INJEP depuis 2009.

Quel sens donnez-vous à ces rencontres ?

« Ces premières Rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse – fonction portée par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) – sont organisées à l’occasion de la parution à la Documentation française du premier rapport dressant un état de la jeunesse en France, commandé par l’institut, et dont la direction a été assurée par Francine Labadie, chef de projet Observatoire. Elles marquent la concrétisation des efforts pour constituer auprès de la ministre chargée de la jeunesse, un pôle d’expertise sur la jeunesse et les politiques de jeunesse, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays européen au sein de la Commission européenne.

Pourquoi ce choix du Conseil économique, social et environnemental pour organiser ces rencontres ?

Il était logique que ces rencontres se déroulent au Conseil économique, social et environnemental (CESE), lieu de plusieurs des concertations lancées par le gouvernement et seule assemblée de la République à accueillir un collège des organisations et mouvement de jeunesse, collège qui a été à l’initiative d’avis récents sur l’accès aux droits à l’emploi des jeunes.

Les constats : des inégalités à tous les niveaux scolaire, social et professionnel
Pauvreté des jeunes : une spécificité

Interventions d’Olivier Toche dans le cadre des rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesses

Les inégalités entre jeunes, constituent-elles un enjeu de recherche et de société ?

Au-delà d’une première synthèse sur l’aggravation des difficultés rencontrées par les jeunes du fait de la crise, ce premier rapport porte au débat la question des inégalités entre jeunes. Cette question a été choisie comme thème central de ce premier rapport par le conseil scientifique de l’INJEP pour enrichir un champ de recherche jusqu’alors davantage focalisé sur les inégalités entre générations. Les contributions rassemblées autour de cette thématique ont été enrichies de données statistiques, mettant en exergue certains indicateurs particulièrement significatifs, et de point de vue d’acteurs.

Quelle place accordez-vous à ce rapport parmi les autres productions de l’institut ?

Ce document de réflexion vient compléter deux autres productions de l’Observatoire. La publication aux éditions Autrement d’un Atlas des jeunes en France, qui donne une photographie des jeunes aujourd’hui dont les auteurs, Yaëlle Amsellem-Mainguy et Joaquim Timoteo, sont deux chargés d’études et de recherche à l’INJEP. La parution à la Documentation française d’une enquête sur les valeurs des jeunes Français depuis trente ans : Une jeunesse différente ?, ouvrage collectif dirigé par Olivier Galland, président du conseil scientifique de l’INJEP, et Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’INJEP.

Ce rapport émet-il des recommandations aux acteurs publics ?

Le rapport commandé n’avait pas vocation à émettre des recommandations, néanmoins le constat posé ne peut qu’appeler à une refondation de l’action publique en faveur de jeunes, face à l’urgence de la crise économique et au renforcement d’effets structurels divisant de plus en plus la jeunesse. Il s’inscrit dans la démarche initiée par le Premier ministre et confiée à la ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, Valérie Fourneyron, d’organiser au début de l’année 2013 un comité interministériel à la jeunesse.

Les tables rondes proposées s’organisent autour de trois chapitres centraux du rapport : « la structuration des inégalités au fil des trajectoires scolaires et d’accès à l’emploi » , « Le cumul des inégalités, un défi pour l’action publique » et « Les aides publiques en question ». Elles devraient permettre un échange avec certains des contributeurs du rapport, d’ouvrir le débat avec d’autres experts du champ ou acteurs, mais aussi avec des jeunes et la salle afin que s’engage, autour des thèmes abordés, une vraie discussion.

Je souhaite que ces échanges contribuent à éclairer les décisions politiques et aident à la redéfinition d’ne politique de jeunesse, plus transversale, donnant corps à la priorité du président de la République, tout en renouvelant les modalités d’accès aux connaissances scientifique disponibles et leur appropriation par le débat public ».

Contenus associés

28 Juin 2018

Les grands principes du service national universel

Le Premier ministre a présenté une communication relative aux grands principes du service national universel, SNU, le mercredi 27 juin 2018 en Conseil des ministres. Voulu par le président de la République pour favoriser la participation et l’engagement de chaque jeune, le SNU se déroulera en deux...
12 Juin 2018
-
Enquête ou sondage

Dans les quartiers de la politique de la ville, deux fois plus de jeunes ont quitté l’école et sont sans diplôme

"Dans les grands pôles urbains de Provence-Alpes-Côte d'Azur, 23 % des jeunes de 18 à 24 ans habitant un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ont quitté l’école et sont sans diplôme. Cette situation est deux fois moins fréquente en dehors de ces quartiers (10 %), y compris dans...