Éducation, formation orientation

Compte-rendu de la conférence-débat sur le moment école

Bernard Bier, chargé d'études et de recherche à l'INJEP et coordinateur de ce numéro, nous explique justement que "le moment école" qui participe de l'éducation informelle fait encore peu l'objet d'analyses en France. La forme scolaire de l'école est le sujet sur lequel tout le monde porte son attention : les parents plus focalisés sur les performances scolaires des enfants et la recherche qui a tendance à se pencher sur les thèmes liés à la ségrégation sociale ou territoriale, à l'échec ou à la réussite scolaire, aux apprentissages... Pourtant, l'école est aussi une expérience avec son lot de rencontres, d'amitiés, d'inimitiés, de transgressions... L'informel à l'école permet aux jeunes de sortir progressivement de la famille, d'aller à la découverte du monde et à la rencontre de leurs pairs dans un espace possédant ses propres spécificités. Bernard Bier positionne ce dossier comme un travail exploratoire invitant à ouvrir des recherches sur le thème de l'informel à l'école.

Alain Vulbeau, sociologue, professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre et coordinateur de ce dossier, a présenté les quatre points essentiels mis en avant dans ce numéro :
1. le concept d'expérience (subjective et objective) au sein de l'école ;
2. le rapport complexe entre les processus de socialisation et de sociabilité. Face au déclin de l'institution, le processus de socialisation est inversé, il commence d'abord par l'autonomie. La sociabilité renseigne sur les espaces laissés vacants par les adultes et la manière dont ces derniers sont remplis par les enfants ;
3. élargir le concept d'éducation en le distinguant de l'enseignement pour rappeler la place des autres éducations (familiale, sociale...) et les articulations entre l'éducation formelle et informelle ;
4. la place des enfants et des jeunes à travers le regard de l'École et la place politique des usagers de l'école à la recherche d'espaces publics, des lieux où l'officiel pourrait rencontrer l'officieux.

Benjamin Moignard, sociologue et maître de conférence à l'université Paris-Est Créteil et à l'IUT de Melun-Sénart-Fontainebleau, s'est interrogé sur la place de l'informel. Médiatisée par le sociologue Guy Vincent, la forme scolaire s'organise autour de plusieurs éléments s'articulant les uns avec les autres. L'école s'inscrit donc dans un espace et un temps spécifique, une relation spécifique entre un maître et un élève, au pouvoir et aux savoirs. Ces particularités font de l'école française un espace coupé du monde extérieur ayant de plus en plus de mal à gérer les difficultés scolaires et l'hétérogénéité des publics. Cette forme scolaro-centrée, oubliant tout ce qu'il y a autour de l'école, participe au développement des inégalités scolaires. Elle tend à se normaliser et même à se généraliser dans des pays où l'informel avait une place importante dans l'éducation.

Hélène Vandelle, conseillère principale d'éducation (CPE) au collège Louis Pergaud à Maurepas, regrette quant à elle que les services administratifs de l'école soient relégués au statut de la gestion de l'informel. Elle prône une articulation entre formel et informel et aimerait notamment que les équipes de la vie scolaire soient d'avantage associées aux politiques éducatives, notamment en travaillant sur une médiation entre pairs et sur la notion de conflit pour reconstruire du lien.

Contenus associés

12 Juin 2018
-
Enquête ou sondage

Dans les quartiers de la politique de la ville, deux fois plus de jeunes ont quitté l’école et sont sans diplôme

"Dans les grands pôles urbains de Provence-Alpes-Côte d'Azur, 23 % des jeunes de 18 à 24 ans habitant un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ont quitté l’école et sont sans diplôme. Cette situation est deux fois moins fréquente en dehors de ces quartiers (10 %), y compris dans...
23 Avril 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

L'orientation des jeunes

Interface entre la formation et l’insertion dans la vie professionnelle, l’orientation agrège les débats voire les polémiques autour de notre modèle social. Elle est décrite comme déterminante, figée, trop précoce et ressentie comme violente par de nombreux jeunes. Dans ce contexte, les...