Participation, engagement, citoyenneté

Participation

Interview

« Ce qui manque, ce n’est pas une parole des jeunes pour les jeunes, mais une parole des jeunes pour tout le monde »

Bertrand Coly et Janie Morice – Forum français de la jeunesse

Un an après sa création, le Forum français de la jeunesse s’est réuni le 19 septembre. Il a tiré le bilan de son action et invité ses partenaires à mieux prendre en compte la parole des jeunes sur l’ensemble des enjeux que traverse notre société.

Créé, en juin 2012 autour des 19 principales organisations de jeunes, le Forum français de la jeunesse (FFJ) s’est réuni, jeudi 19 septembre 2013, en présence de la ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative (lire le discours de Valerie Fourneyron). La volonté des animateurs du Forum est de voir, en France, la jeunesse prendre la parole, de faire ainsi avancer le débat public. Et de peser sur les décisions politiques. Pour Bertrand Coly, secrétaire général du Mouvement rural de jeunesse chrétienne, co-responsable du Forum français de la jeunesse, et la coordinatrice de ce dernier, Janie Morice, il est urgent que la jeunesse réinvestisse les champs de décision qui engagent l’avenir de notre société.

Pourquoi réunir un an après sa création, le Forum français de la jeunesse ? Alors que le plan Priorité jeunesse entre dans sa phase active, souhaitez-vous rappeler que les politiques de jeunesse ne sauraient être menées sans les jeunes ?

Bertrand Coly : La raison d’être du Forum français de la jeunesse est de faire reconnaître les jeunes comme des acteurs à part entière de l’espace public. Ce qui manque, ce n’est pas une parole des jeunes pour les jeunes, mais une parole des jeunes pour tout le monde. Les jeunes sont sous-représentés dans les lieux de décision, mais en plus, au fur et à mesure qu’avancent les crises économiques et écologiques il apparaît que ce sera à la jeunesse d’assumer les choix faits aujourd’hui. Donc la prise en compte des avis émis par les jeunes est un enjeu de société qui dépasse les questions d’âge de la vie.

Janie Morice : L’idée c’est de porter des propositions qui ont trait aux enjeux de jeunesse, et, au-delà, aux enjeux de société. La place des jeunes est pour le moins mince dans l’espace public en particulier dans les lieux de représentations comme les organisations syndicales et politiques. Pour faire avancer les questions qui les préoccupent, les organisations de jeunes ont fait le constat de la nécessité de se retrouver sur une plateforme commune. Il s’agit aussi de permettre le développement des organisations de jeunes et leur structuration car c’est un outil primordial de la participation des jeunes.

C’est donc pour palier un manque de représentation que le Forum s’est structuré. En serait-il différemment si nous avions, comme en 1981, un député sur trois âgé de moins de 40 ans ?

Bertrand Coly : Oui et non. Oui, parce qu’effectivement, le Forum est une réponse au déficit de représentation des jeunes. Non, parce que les organisations de jeunes répondent à un besoin pour les jeunes d’avoir un marchepied, de se retrouver entre pairs pour investir d’autres lieux d’expression politique ou sociale. On voit même qu’ailleurs, dans les pays scandinaves par exemple, les jeunes sont bien plus présents dans l’espace public notamment, parce que les organisations de jeunes sont particulièrement structurées.

La présence de la ministre en charge de la jeunesse, Valérie Fourneyron, marque-t-elle une étape supplémentaire vers la reconnaissance, par les acteurs politiques de premier plan, de la légitimité du Forum ?

Janie Morice : C’est indéniable. On commence à être entendu sur la reconnaissance et le soutien aux organisations de jeunesse en tant que telles. Le sentiment est que les pouvoirs publics ont conscience de cette nécessité de soutenir les organisations de jeunes et que c’est compris comme un enjeu de cohésion pour la société toute entière. Sur ce plan, les choses bougent.

Bertrand Coly : En même temps, il faut dire que nous restons sur notre faim concernant un certain nombre d’avis sur lesquels les organisations de jeunesse membres du Forum se sont entendues. Je ne vais pas les énumérer tous ici. Ils sont disponibles sur le site www.forumfrancaisjeunesse.fr. Mais nous avons des attentes fortes dans le domaine de la représentation et leurs corollaires, le non-cumul des mandats ou les questions de diversité. Nous voulons être associés à ces réflexions. Sur le sujet du retour au droit commun, qui verrait les jeunes majeurs être considérés comme des adultes à part entière dotés des mêmes droits et des mêmes devoirs, on a le sentiment que les choses n’avancent pas aussi loin que nous le souhaiterions.

Janie Morice : Nous pensons que l’approche par empilement des dispositifs est toujours là et qu’on n’a pas tourné le dos au « familialisme » qui caractérise les politiques publiques de jeunesse depuis des décennies. Tant qu’on ne donnera pas les moyens aux jeunes de saisir leur indépendance vis-à-vis des familles on n’abaissera pas le taux de pauvreté qui, rappelons-le, touche un jeune sur cinq.

Avez-vous d’autres attentes que, je ne doute pas, vous allez exprimer ?

Bertrand Coly : Il y a de bonnes choses dans les ambitions du plan Priorité jeunesse, notamment dans le domaine de la santé, la volonté affichée de réduire la pauvreté des jeunes d’ici 2017 ou la question du logement. Nous souhaitons que les pouvoirs publics se donnent les moyens de permettre une réelle application de la loi Duflot, l’extension du Service civique comme dispositif de grande ampleur en poursuivant un objectif de qualité du volontariat davantage que sa quantité, et d’avancer sur le terrain de la mobilité. Je pense notamment aux mobilités courtes et en particulier aux jeunes avec moins d’opportunités qui doivent bénéficier massivement de ces dispositifs innovants.

Janie Morice : Au-delà de ces sujets concrets, notre attente porte sur le changement de regard des acteurs publics sur les jeunes : on est à 18 ans des citoyens à part entière et non des grands enfants. Les associations familiales, elles-mêmes, voient les limites du familialisme. En même temps on a du mal à changer de focale. Comme si nos sociétés manquaient d’audace sur ces questions-là.

« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait », dit le proverbe… Etes-vous actuellement impatient ?

Bertrand Coly : Je crois que notre impatience est légitime. On perd du temps par rapport à d’autres pays européens. Les questions de garantie apportées aux jeunes sont intégrées dans les sociétés scandinaves, avec la possibilité de se doter d’expériences comme le volontariat qui permettent d’être accompagnés dans un projet de vie ; avec une autonomie permettant de se former, et une formation tout au long de la vie qui n’est pas découplée de l’emploi. De même, il n’est pas vain, en tant que jeunes de plaider pour l’adaptation de notre système de protection sociale aux vies qui sont les nôtres en 2013 et qui ont changé depuis les années 50. Les décideurs ont plutôt cela comme référence. Sur ce sujet, il est urgent de changer de focale.

Propos recueillis par Roch Sonnet

En savoir +

A retenir : La ministre a annoncé l’organisation d’une grande « Conférence jeunesse » en amont du prochain CIJ, qui réunira, autour d’une même table, l’Etat, les partenaires sociaux, les collectivités, les associations et bien en-tendu, en première ligne, les jeunes et leurs organisations. Une cellule d’accompagnement de toutes les organisations de jeunes a d’ailleurs été mise en place au sein du ministère, pour appuyer la création et le développement d’organisations de jeunes, dirigées par des jeunes, et pour consolider les structures existantes. De plus, la ministre a souhaité introduire une « clause d’impact jeu-nesse » dans le travail législatif. Elle s’est enfin félicitée du financement de cette manifestation par le pro-gramme européen « Jeunesse en action » gérée par l’Injep/Afpeja…

Discours de la ministre sur jeunes.gouv.fr

Sur l’historique du Forum français de la jeunesse et son lien avec l’Injep

Sur les publications de l’Injep liées aux thèmes de la participation

  • Collection « Jeunesses : études et synthèses »

Collection « Débats jeunesses »

Contenus associés

11 Septembre 2018
-
Enquête ou sondage

Engagements citoyens des lycéens

Le système scolaire français est un des rares systèmes européens à développer un ensemble d’instruments concourant à l'éducation à la citoyenneté. Cette enquête nationale inédite du Conseil national d'évaluation du système scolaire, CNESCO, se propose de mieux connaître l'état des connaissances sur...
09 Avril 2018
-
Article de presse / Revue de presse

L'engagement : "Qu'est-ce que tu fous là ? [Dossier]

Les auteurs reviennent dans le numéro sur le sens de l'engagement de son point de départ : une simple poignée de main à son sens plus élevé du militantisme avec Jacques Ion. Il reste que deux parties structurent ce dossier issu d'une démarche réflexive sur le travail social : l'une relevant de...