Participation, engagement, citoyenneté

Vie associative, économie sociale et solidaire

Juniors associations

Avoir moins de 18 ans et créer une association

Un entretien avec Sandrine Herbert, correspondante départementale du Réseau national de juniors associations (RNJA) au sein de la Fédération des Oeuvres laïques (FOL) du Val d'Oise.
Comment informez-vous les jeunes de l'existence des juniors associations ?

Les jeunes apprennent l'existence des juniors associations sur Internet, par nos tracts, nos affiches, le livret « Envie d'agir ? », ou par les animateurs des maisons de quartiers et des centres sociaux. Le bouche à oreille entre jeunes compte également beaucoup. Mais l'information n'est pas encore assez relayée.

Par exemple, lors de la formation-action réalisée en octobre 2003, je me suis aperçue que le Réseau information jeunesse (BIJ, PIJ, CIJ) nous connaissait peu. Avec le BIJ du Val-d'Oise, nous avons donc organisé le 12 décembre une journée sur les juniors associations pour les informateurs jeunesse du département. Nous voudrions également informer les jeunes dans leurs établissements scolaires. Dans ce but, nous rentrons petit à petit en contact avec l'Éducation nationale par le biais de la formation des délégués de classe. Mais les professeurs sont méfiants vis-à-vis des activités extrascolaires qui sont suspectées de nuire au travail des élèves.

Quel accompagnement proposez-vous aux membres des juniors associations ?

Après un premier entretien téléphonique, nous prenons rendez-vous avec les jeunes dans nos locaux pour leur expliquer comment remplir leur dossier d'habilitation. Une fois la structure créée, nous leur offrons la possibilité de suivre des formations : gestion de compte bancaire, comptabilité, fonctionnement démocratique d'une association, montage de projet ou dossier de demande de subvention. Nous leur proposons également un accompagnement personnalisé. Les jeunes seraient complètement perdus dans le cadre d'une loi 1901. Comme ils ne peuvent pas nous contacter aux heures d'ouverture de nos locaux parce qu'ils sont en classe, nous devons nous adapter à leurs disponibilités. Par exemple, je leur permets de m'appeler sur mon portable. Cependant, nous ne devons jamais agir à leur place : ils doivent rester maîtres de leur projet. C'est par leur expérience pratique qu'ils apprennent les démarches administratives. Je pense que nous avons réussi notre travail quand les jeunes deviennent autonomes. En milieu rural, où les juniors associations sont peu cadrées faute de professionnels sur place, j'ai noté qu'elles sont souvent plus actives que dans les villes.

Y a-t-il de nombreuses juniors associations en milieu rural ?
En effet, les juniors associations se créent beaucoup plus à la campagne qu'en ville. Comme les dispositifs tels que les services jeunesse, les maisons de quartier... y sont moins nombreux, voire inexistants, les jeunes se mobilisent pour créer des activités pour la jeunesse. Ils font preuve de beaucoup de détermination et n'hésitent pas à prendre seuls des initiatives. Ils n'ont pas le choix.

Propos recueillis par Marie-Pierre Pernette

Article extrait de la publication "les cahiers de l'action" n°1 : "Des ressources pour l'engagement et la participation des jeunes".

Contenus associés

23 Août 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

L'apprentissage : du potentiel en Provence - Alpes - Côte d’Azur. De l’état des lieux aux pistes d’action.

Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics souhaitent développer l'apprentissage quantitativement dans l'objectif d'en faire une voie d'excellence. Cette étude commanditée par l'Etat et la Région dresse le panorama de l'apprentissage du côté des jeunes, des CFA et des entreprises investies dans...
10 Juillet 2018
-
Article de presse / Revue de presse

Mais pourquoi le scoutisme cartonne autant en 2018?

"Ringards les scouts ? C’est plutôt le contraire ! La preuve avec les chiffres fournis par plusieurs mouvements. Selon ceux de la Fédération du Scoutisme Français, le nombre de scouts est passé de 75.000 en 2012 à 125.000 en 2018. Et cet été, 2.500 camps sont prévus à travers la France et 5.000...
10 Juillet 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

Enquêter sur la jeunesse : outils, pratiques d'enquête, analyses

Cet ouvrage a pour objectif de sensibiliser aux méthodes et pratiques des sciences sociales tous ceux qui souhaitent enquêter sur les jeunes pour mieux comprendre la diversité de leurs expériences. Réaliser des entretiens, observer la société, quantifier des phénomènes sociaux, comptent parmi les...
10 Juillet 2018
-
Article de presse / Revue de presse

Enquête sur ces jeunes mineurs qui créent leur association

Le Réseau national des juniors associations fête ses 20 ans. L'étude proposée ici est une enquête à visée évaluative sur les effets d'un engagement dans une Junior Association et par ailleurs de vérifier des hypothèses sur la socialisation politique de ces jeunes, le rapport à la conscientisation de...
05 Juillet 2018

Adolescence en exil : les parcours pluriels et singuliers des mineurs non accompagnés - Récits, réflexions et pratiques autour d'une situation paradoxale [Dossier]

Le dossier s'attache à retranscrire l'expérience des jeunes mineurs isolés.Il se heurte dans un premier temps à l'espace de langage dans lequel ils s'inscrivent, pour ensuite rencontrer les traumatismes des enfants et faire le récit du parcours géographique réel de ces adolescents.Il traduit enfin...
29 Juin 2018
-
Texte législatif ou règlementaire

Projets territoriaux de santé mentale

L’instruction n° DGOS/R4/DGCS/3B/DGS/P4/2018/137 du 5 juin 2018 traite des projets territoriaux de santé mentale. La présente instruction vise à accompagner les acteurs et les ARS dans l’élaboration des projets territoriaux de santé mentale. En application du décret relatif au projet territorial de...