Participation, engagement, citoyenneté

Vie associative, économie sociale et solidaire

4es rencontres de l'Observatoire : "Pratiques écologiques et éducation populaire : l’éducation qui vient"

Atelier " Ecologie urbaine et habitat : comment produire collectivement ? "

Dans le cadre des 4es rencontres de l’observatoire, cet atelier invitait les participants à saisir les dynamiques d’éducation populaire des expériences d’écologie urbaine et de démocratisation des savoirs techniques. 

Ecologie urbaine, habitat : comment produire collectivement des biens, des services, mais aussi de la démocratie ? Comment penser d’autres façons d’habiter et de nouvelles façons de vivre ou de produire dans le contexte général d’une aspiration à repenser les circuits traditionnels de production et de prise de décision ?  Pour donner corps à cette problématique, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) et la plateforme nationale pour une Alliance sciences et société (ALLISS) ont réuni en atelier des acteurs associatifs, des agents publics, élus et décideurs, avec Mathieu Champmartin (Robins de villes), Hugo Frederich (Open-source Ecologie – France), Nicolas Detrie (Yes We camp) et Olivier Lavielle (réseau AMAP – Île-de-France). Cet atelier, animé par Lionel Larqué, délégué général de l’ALLISS, se tenait dans le cadre des 4es rencontres « Pratiques écologique et éducation populaire. L’éducation qui vient », organisées le 5 février 2016 à l’école nationale d’architecture de Paris-Belleville.

AMAP et éducation populaire

Si les initiatives citoyennes se multiplient sur les terrains de l’écologie urbaine et des nouvelles formes d’habitat ou de production, leurs liens avec les pratiques éducatives, et en particulier, avec l’éducation populaire ne vont pas toujours de soi dans l’esprit des acteurs. « On commence tout juste à parler d’éducation populaire », a reconnu Olivier Lavielle estimant que la notion éducative est intervenue dans un second temps, après celles de « co-responsabilité » et de « co-production », rapprochant producteurs et consommateurs autour d’un partenariat entre ceux qui « veulent produire différemment et ceux qui veulent consommer différemment ».

Héritières de premières initiatives prises au Japon pour parer les empoisonnements massifs au mercure, les Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) sont destinées à favoriser l'agriculture paysanne et biologique face à l'agro-industrie. Cette convergence entre les aspirations d’une partie des consommateurs et de certains acteurs de la paysannerie a longtemps été le principal ressort des AMAP.

« C’est un mouvement très concret, a rappelé Olivier Lavielle. Il faut s’organiser toute l’année pour contractualiser avec les paysans, organiser les livraisons, dialoguer, voir comment les choses peuvent s’améliorer, mettre en œuvre une charte éthique, rappeler des valeurs, des principes tels que la saisonnalité des produits mais aussi les conditions sociales de la production ».

Il est ainsi apparu de plus en plus clairement aux yeux de ses animateurs que les actions du réseau des AMAP sont également des actions de solidarité et qu’au-delà de l’acte d’achat et des modes de consommation, se dessinent un destin collectif, ainsi que des valeurs de transformation sociale qu’il importe d’expliquer et de diffuser à travers une démarche éducative forte. L’éducation est également centrale dans les formations à l’installation des agriculteurs du réseau. Elle s’avère encore essentielle aux yeux des militants qui cherchent à développer des stratégies de plaidoyer auprès des pouvoirs publics, avec des effets tangibles, par exemple, sur la loi de relocalisation des filières agricoles.  

Voir le dossier

Dossier : Comptes-rendus des "Rencontres 2016"

"Pratiques écologiques et éducation populaire : l'éducation qui vient"

L’INJEP et l'ALLISS se sont associés pour organiser les 4es rencontres de l’Observatoire « Pratiques écologiques et éducation populaire : l’éducation qui vient ». Elles se sont tenues le 5 février 2016, rassemblant plus de 300 personnes. Retrouvez dans ce dossier les comptes rendus des quatre ateliers qui ont séquencé ces rencontres ainsi qu’une restitution des plénières.

Contenus associés

23 Avril 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

L'éducation non formelle : chance ou défi pour le travail de jeunesse ? : conclusions des journées d'étude franco-allemandes

En collaboration avec l’INJEP (Institut National pour la Jeunesse et l’Éducation populaire) et le DJI (Deutsches Jugendinstitut, Institut allemand pour la Jeunesse), deux Journées d’étude franco-allemandes ont été organisées avec pour objectif d’offrir une plateforme d’échange aux acteurs du travail...