Conditions de vie, travail, emploi

Santé

: :: International :: :

Addiction aux jeux vidéos : existe-t-il des facteurs prédicitifs?

Pediatrics, février 2011

Selon une étude menée auprès de 3 000 enfants sur leurs habitudes de jeux publiée par la revue Pediatrics et dirigée Douglas A. Gentile de l'Université de l'Iowa, on peut faire un lien entre jeux vidéo, dépression et anxiété chez les enfants.«Les jeunes qui jouaient en moyenne 19 heures par semaine au début de l'étude ne présentaient pourtant pas de pathologie la troisième année. Il semblerait qu'au terme des 3 ans d'étude, la plupart des enfants (90 %) n'ont pas d'addiction aux jeux. Par contre, les jeunes qui jouaient en moyenne 31 heures par semaine sont devenus joueurs pathologiques à la fin de l'étude et ce, la première année.»

Lire l'étude (en anglais)

Contenus associés

04 Avril 2018
-
Interview

Expérimentations : focus sur les territoires ultramarins

Interview de Malika Kacimi, cheffe de la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ)

Cinq appels à projets, 16 expérimentations, des restitutions programmées, plus d’une centaine de projets soutenus, la mission d’animation du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (MAFEJ) rend public (ou s’apprête à le faire) de nombreux travaux sur la situation et les conditions de vie des jeunes ultramarins. Au menu : illettrisme, décrochage scolaire, violences faites aux femmes, co-éducation, santé, insertion socio-professionnelle...
26 Mars 2018
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Pour des élèves en meilleure santé

Pour le CESE, la santé des élèves est un des déterminants de la réussite scolaire. le Conseil observe un fort décalage entre les objectifs assignés à cette politique et les actions sur le terrain. Cet avis propose d'impulser un changement présenté en trois axes....
27 Février 2018
-
Ouvrage / Note de lecture

Etudiants : acteurs de leur santé ? : regards pluridisciplinaires

Les étudiants universitaires ont longtemps été considérés comme une population privilégiée, à l'abri des problèmes de santé et des soucis de la vie active. Pourtant, des signes de détresse psychologique, de conduites à risque et d'addictions sont davantage remarquables que chez des jeunes actifs du...