Dossier : "Vers un nouveau partenariat entre l'État et les associations ?"

3 questions à Danièle Demoustier

Danièle Demoustier est socio-économiste, maître de conférence à l'institut d'études politiques de Grenoble, et auteur de plusieurs publications sur l'économie sociale et solidaire.

Injep : Comment verriez-vous les modalités d'un nouveau partenariat entre l'État et les associations ?

Avec les pouvoirs publics, il serait intéressant de mettre en oeuvre ce qu'on pourrait nommer une « coopération conflictuelle » : l'association doit pouvoir coopérer avec les pouvoirs publics, refuser des projets, proposer des alternatives. Pour y parvenir, il faut du temps, des moyens financiers et humains. Ce modèle est celui d'une démocratie vivante, où les associations ne sont ni enfermées dans un rôle de prestataire, ni uniquement dans un rôle de contre-pouvoir. Cela nécessite des lieux, des temps de débat, entre les élus, les responsables associatifs, et les techniciens. Les interlocuteurs ont besoin de temps pour discuter et ajuster leurs objectifs.

Injep : Les associations, et notamment les petites structures locales, gagneraient-elles à un renforcement de la représentation associative au niveau national ?

La représentation de la CPCA et du CNVA serait effectivement à renforcer, car le secteur associatif est émietté et insuffisamment fédéré. Paradoxalement, les associations défendent leur autonomie à tous les échelons, du local au national. Au niveau local, il existe un enjeu fort, car les associations sont en concurrence. Chacune croit s'en sortir à court terme, mais à moyen terme elles en ressortent affaiblies et donc toutes perdantes. Une régulation coopérative est donc plus intéressante qu'une régulation concurrentielle. La régulation coopérative s'appuie sur la notion de « coopétition », c'est-à-dire la capacité à faire exister la coopération et les aspects positifs de la compétition.

Injep : Doit-on changer de modèle, et regarder outre-Manche ce qu'il s'y fait ?

Le modèle britannique est évoqué à plusieurs reprises dans les rapports Langlais et Morange. Mais la France et l'Angleterre, ce n'est pas la même culture. J'observe d'ailleurs que ce modèle évolue avec une tendance à plus de présence de l'État. Au Royaume-Uni, le secteur non lucratif a une grande autonomie, est très organisé, avec de grandes associations structurées qui négocient avec l'État, sont reconnues, installées, et plus fortes qu'en France, où l'on ressent une forme de méfiance réciproque, et des interrogations sur le secteur associatif et ses liens avec l'État.

Les autres articles du dossier

- Vers un nouveau partenariat entre l'État et les associations- Les propositions qui font consensus- Les propositions qui font débat- Les enjeux des Services sociaux d'intérêt général (SSIG)- 3 questions à : Édith Archambault (économiste, Professeur émérite de l'Université Paris 1 — Panthéon Sorbonne)

Contenus associés

14 Novembre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Favoriser l’engagement des jeunes à l’école

Le Haut Conseil à la vie associative (HCVA) s’est saisi d’un sujet qui lui paraît fondamental aujourd’hui dans le parcours éducatif des jeunes. Favoriser chez les jeunes collégiens et lycéens un éveil à une conscience citoyenne, et l’envie de contribuer par leur action et notamment par leur...
25 Octobre 2017
-
Rapport d'étude, de recherche et d'évaluation

Les politiques départementales sur le numérique éducatif

«Ce Livre Blanc propose de faire un constat de ce qui a été fait en matière de numérique dans l’éducation, aujourd’hui, ici et ailleurs. Le but est d’analyser les retours d’expériences afin d’envisager l’avenir proche en capitalisant sur ces expériences vécues et la réalité de ce qui se passe à...
20 Octobre 2017
-
Ouvrage / Note de lecture

La condition étudiante à l'épreuve du territoire ?

Être étudiant se vit 24 heures sur 24 heures. L'observation des seuls registres diplômants ou des apprentissages laisse dans l'ombre une part de la complexité du statut étudiant. Afin de participer à la compréhension de cette complexité du quotidien des personnes inscrites dans un établissement de...
17 Octobre 2017
-
Article de presse / Revue de presse

La confiance des Français dans les associations est stable depuis 10 ans

"Le comité de la charte du don en confiance, chargé d’évaluer l’éthique des associations et fondations faisant appel à la générosité du public, réalise chaque année un baromètre sur la confiance des Français. Pour ses dix ans, celui-ci dresse un bilan global de l’évolution de la confiance des...